Iginla joue bien malgré sa fiche

Flames - Iginla joue bien malgré sa fiche

Jarome IginlaPhoto Al Charest / Agence QMI / Archives


Randy Sportak

CALGARY - Les Flames de Calgary ont disputé quatre matchs et Jarome Iginla n'a toujours pas marqué.

C'est un fait.

Aussi sur Canoe.ca

Mais la différence entre un fait et une mauvaise perception entre en jeu lorsque l'on s'attarde aux performances du capitaine des Flames en ce début de saison.

En apparence, pour Iginla, il serait facile d'utiliser le stéréotype du lent début de saison, même si ce n'est pas toujours aussi vrai que ce que les critiques ne cessent de répéter.

Cependant, la réalité est qu'en regardant les performances du meilleur pointeur de l'histoire de la franchise et du visage de celle-ci, au cours des quatre premières parties, il n'y a pas lieu de paniquer.

Vous voulez de l'attaque ? Iginla a amassé trois mentions d'aide, une dans chacune des trois dernières rencontres. Deux d'entre elles étaient même de fantastiques passes.

Vous voulez des lancers? Iginla mène l'équipe avec 19 tirs au but. Il a compté 516 buts en carrière et a maintenu un pourcentage de réussite de 13,2 %. La loi de la moyenne indique qu'il finira par remplir le filet.

Vous voulez des chances de marquer? Le capitaine a eu plusieurs opportunités en or, mais a été incapable de les convertir en but.

Vous voulez de l'optimisme? Bien sûr, Iginla est reconnu pour être optimiste, mais il croit qu'il fait les bonnes choses et que ce n'est qu'une question de temps avant que le tout débloque.

«Pour ne pas avoir marqué en quatre matchs, je pense avoir eu de bonnes chances, a-t-il indiqué après la victoire de 4-3, samedi, face aux Oilers d'Edmonton. Je crois que j'aurais pu marquer quelques buts lors des premières rencontres.»

«Lorsque ça rentre, ça fait du bien et tu te sens mieux, mais tu veux seulement bien faire les choses. En fin de compte, c'est certain que tu veux gagner, mais tu veux aussi travailler sur ton jeu et penser à l'équipe.»

Joueur autonome

«Je ne sens pas que je connais un lent départ. Parfois, ça prend du temps pour retrouver son synchronisme, mais je ne suis pas loin, ça, c'est sûr», a ajouté le numéro 12 de la formation albertaine.

La situation contractuelle d'Iginla - il est joueur autonome sans compensation au terme de la campagne - sera une histoire à suivre tout au long de la saison, mais il sera intéressant de voir comment il se débrouillera sous les ordres de son nouvel entraîneur-chef, Bob Hartley.

Bien sûr, Iginla a 35 ans, mais il apprécie le rythme du système nouvellement implanté.

«Le jeu est plus rapide, a souligné le capitaine. Parfois, dans d'autres systèmes, tu attends dans certaines zones.»

«Dans celui-ci, tu vas en attaque, en échec avant, puis tu te replis en défensive. Il y a beaucoup de patinage, mais nous avons une équipe rapide et j'apprécie cela. Le rythme est rapide et nous travaillons fort pour que cela nous vienne naturellement.»

Infériorité numérique

Un autre aspect qui est de retour dans le jeu d'Iginla est le désavantage numérique.

Le vétéran a très peu été utilisé en désavantage numérique depuis la campagne 2006-2007. En fait, il n'a été sur la glace que 97 secondes l'an passé à court d'un homme.

Cette saison, il y a été utilisé régulièrement, environ une minute par match.

«Ça te garde en mouvement, a mentionné le natif d'Edmonton. Ça te fait patiner. Nous jouons avec beaucoup d'intensité et ça te force à te déplacer davantage, et c'est une bonne chose.»


Vidéos

Photos