Deux derniers enjeux pour régler le lock-out

LNH

Donald Fehr s'est adressé aux médias, jeudi, sous le regard attentif de Sidney Crosby. Photo Lucas Jackson/REUTERS


Patrick Caisse

Pendant un court moment, jeudi soir, il y avait de l'espoir...

Le président de l'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH), Donald Fehr, venait alors de déclarer qu'il y avait une «entente monétaire» pour régler le lock-out.

Aussi sur Canoe.ca

Fehr est toutefois revenu devant les médias quelques minutes plus tard pour dire que la LNH n'était pas du même avis et que les pourparlers étaient rompus jusqu'à nouvel ordre.

Qu'est-ce qui cloche? Quel est le litige?

C'est simple... Peut-être trop simple.

Les deux derniers enjeux sont la durée maximale des contrats des joueurs ainsi que la durée de la convention collective.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, et son bras droit, Bill Daly, ont été clairs. La LNH veut une convention collective de 10 ans, avec une porte de sortie pour les joueurs après huit ans.

Les propriétaires veulent également limiter la durée des contrats des joueurs à cinq ans, ou sept ans pour les joueurs qui demeurent avec leur équipe. À cela s'ajoute une variation ne pouvant dépasser 5% au cours d'une entente de deux ans ou plus.

L'AJLNH, elle, veut une convention collective de huit ans, avec une porte de sortie pour les joueurs après six ans. Elle veut également une durée maximale de huit ans pour les contrats de joueurs ainsi qu'une variation de 25% sur les contrats de sept ou huit ans seulement.

Une restriction «dévastatrice»

Pourquoi l'Association des joueurs ne veut-elle pas d'une limite de cinq ans pour les contrats individuels?

«Nous croyons que cette restriction sera dévastatrice pour les joueurs de "classe moyenne" puisque les vedettes toucheront encore plus d'argent, a déclaré Fehr. Il en restera donc beaucoup moins pour les autres. C'est comme cela dans la NBA.»

Et pourquoi pas une convention collective de 10 ans?

«Le contexte économique change chaque année et on ne peut pas se compromettre pour une si longue durée alors que nous ne savons même pas dans quel contexte nous nous retrouverons dans à peine deux ans», a expliqué Fehr.

La lumière au bout du tunnel?

L'AJLNH a répété à plusieurs reprises au cours du conflit que le principal enjeu qui devait être réglé était le «montant intégral».

Le «montant intégral» est l'argent remis aux joueurs par la LNH pour combler une partie des pertes de salaires qui sont estimées à 700 millions $ en raison du partage des revenus «50-50».

Cette somme a été bonifiée de 211 à 300 millions $ par les propriétaires cette semaine alors que l'offre des joueurs était de 393 millions $. L'AJLNH a accepté les 300 millions $ jeudi, mais Bettman a par la suite déclaré que cette proposition était retirée de la table puisqu'elle faisait partie d'une «entente globale».

Il est donc difficile de prévoir s'il y aura une saison, mais chose certaine, pour y arriver, les deux parties devront s'entendre d'ici janvier. «Il est impossible de penser à une saison de moins de 48 matchs», a statué Bettman.


Vidéos

Photos