La LNH ramène l'AJLNH à l'ordre

Lock-out

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman.  Photo: archives

Dernière mise à jour: 06-12-2012 | 15h55

NEW YORK - Seulement quelques minutes après avoir annoncé lors d'un point de presse qu'il croyait que son Association des joueurs (AJLNH) et la Ligue nationale (LNH) avaient trouvé un terrain d'entente sur l'aspect monétaire du conflit, le directeur exécutif Donald Fehr est retourné sur le podium pour indiquer que le circuit avait refusé l'offre déposée jeudi soir à New York.

«Le conflit ne sera pas réglé dans un futur immédiat, a déclaré Fehr entre quelques soupirs devant les membres confus des médias. J'ai reçu un message vocal de la LNH disant que la proposition des joueurs n'était pas acceptable et qu'il n'était pas nécessaire de rester sur les lieux des négociations ce soir (jeudi) ou demain (vendredi).»

Bettman et Daly ne veulent plus discuter

Moins d'une heure après l'intervention de Fehr, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, et son adjoint Bill Daly se sont présentés au même podium pour annoncer que l'offre faite par la ligue plus tôt pendant la semaine n'est plus sur la table et que les pourparlers sont rompus.

Absent lors des discussions, Bettman s'est dit «incroyablement déçu» de la situation et a reproché à l'AJLNH de faire entrer tout le monde dans une spirale d'émotions.

Plus que jamais, la saison 2012-2013 semble compromise. Bettman n'a toujours pas fixé de date butoir pour l'annulation de la campagne, même s'il «imagine mal une saison de moins de 48 matchs».

«Aujourd'hui (jeudi), nous attendions un oui ou un non, a-t-il laissé tomber. Ce n'était pas censé être une séance de négociation. Nous n'arrêtons pas de leur donner, et de leur donner à nouveau, mais leurs nouvelles offres ne sont jamais vraiment différentes. «Clairement, le syndicat ne veut pas s'entendre. Il y a un moment où tu dois tracer une ligne dans le sable. Mercredi soir, les propriétaires ont accepté de céder 100 millions $ et la réponse des joueurs a été affreusement silencieuse.»

«Rien de comparable»

Entre les deux points de presse de Fehr, les joueurs présents sur le podium, dont Sidney Crosby et Brad Richards, n'ont pu faire autrement qu'afficher leur stupéfaction.

«Non seulement ce n'est pas habituel, mais je pense que je n'ai rien vécu de comparable dans mes expériences passées», s'est étonné Steve Fehr, frère et bras droit du patron de l'AJLNH.

«Je crois que nous avons une entente complète sur les dollars, avait pourtant déclaré ce dernier auparavant, en résumant la nouvelle offre de huit ans déposée par le syndicat. Je crois aussi que nous sommes arrivés à une entente sur les paiements de transition, ce que la LNH appelle le "Make Whole".»

Ce concept, qui représente le montant intégral que les joueurs devaient initialement payer progressivement pour en arriver à un nouveau partage des revenus, n'est maintenant plus sur la table, si on se fie à ce que Bettman a répondu par la suite.

Si le fonds de pension des joueurs n'est plus source de conflit, Fehr avait indiqué qu'il restait un certain nombre de points de divergence entre les dirigeants du circuit et le syndicat, dont la durée des contrats individuels des joueurs. L'AJLNH aimerait fixer le maximum à huit ans par joueur.

«Je crois que la limite de la durée des contrats est la butte sur laquelle nous allons mourir», a pourtant répliqué Daly.

Les propriétaires à l'écart

Contrairement à la veille, aucun propriétaire n'était présent aux négociations. Certains sont restés à New York, mais d'autres comme Larry Tanenbaum (Maple Leafs de Toronto) et Mark Chipman (Jets de Winnipeg) ont déjà quitté la ville.

Plusieurs sources indiquent que les joueurs ont demandé la réintégration des médiateurs dans les discussions afin d'augmenter les chances d'en venir à une entente. Daly n'est toutefois pas du même avis.

«Nous n'avons rien accepté en ce sens et je ne vois pas en quoi ce serait utile au point où nous en sommes dans les négociations», a-t-il déclaré quelques minutes avant la reprise des discussions.


Vidéos

Photos