Mathieu Darche y croit encore

La dernière semaine n'a rien amené de positif dans les négociations entre la LNH et l'AJLNH. Malgré tout, Mathieu Darche croit encore à la possibilité de voir du hockey dans le circuit Bettman en 2012.

«Je crois encore au 15 décembre... bien que je croyais au 1er décembre», a déclaré Darche vendredi matin, de passage à l'émission LCN Matin.

L'ancien du Canadien de Montréal n'a pas voulu commenter la nouvelle approche de Bettman, qui a proposé que les joueurs et les propriétaires se rencontrent directement sans les représentants des deux parties.

Aussi sur Canoe.ca

«J'ai seulement parlé brièvement avec les gens impliqués dans la médiation jeudi. Je vais attendre d'avoir toutes les informations», a-t-il avoué.

«C'est sûr que ça peut être quelque chose d'intéressant, mais on doit faire attention, car si ce sont les mêmes quatre propriétaires [Jeremy Jacobs des Bruins de Boston, Murray Edwards des Flames de Calgary, Ted Leonsis des Capitals de Washigton et Craig Leipold du Wild du Minnesota] qui sont là... C'est le même message, on ne fera que tourner en rond.

«C'est toutefois difficile pour moi de commenter sans avoir eu toutes les informations. C'est ce qui a été rapporté et on est prêt à se rencontrer, les propriétaires et les joueurs, mais qu'est-ce qui a vraiment été dit au syndicat? Ce que la LNH affirme dans les médias depuis le début et ce qu'ils nous disent, ce n'est pas toujours la même chose.»

Un peu d'espoir

Darche a admis qu'il avait «un peu espoir, mais pas trop», en la médiation. Cette dernière a été qualifiée d'échec par Bill Daly, jeudi.

«La médiation, ça n'a aucun pouvoir décisionnel, ce n'est pas comme un arbitre. C'est sûr que si les deux côtés s'entêtent encore plus à garder leur position sans vouloir bouger, la médiation n'allait rien donner et c'est ce qui est arrivé, a poursuivi Darche.

«Nous aussi on est bien ancré dans notre position parce que depuis le début, chaque fois que la LNH parle de concessions qu'elle a faites, ce sont des concessions par rapport à leur première proposition.

«Une concession, c'est donner quelque chose que tu as déjà. En 2004, on a eu les droits contractuels en échange du plafond salarial. C'est du donnant-donnant. Depuis le début de la négociation, par rapport à l'ancienne convention collective, nous sommes les seuls à avoir donné, n'ayant rien reçu.»

Frustration

Au cours des dernières semaines, les joueurs ont commencé à démontrer leur frustration de diverses façons, que ce soit par l'entremise des réseaux sociaux, des médias ou encore avec des casquettes «Puck Gary».

Darche doute que ce soit la bonne chose à faire.

«Je comprends la frustration, mais personnellement, je n'y crois pas, a-t-il admis. Je ne peux pas contrôler les autres, leur dire quoi faire. On leur demande de faire attention, je sais qu'il y a eu des notes envoyées pour les casquettes.

«Ce qui est 100% certain, c'est que ça n'aidera pas au processus et ça pourrait potentiellement nuire, alors pourquoi le faire?»

Aucune autre rencontre n'est à l'horaire entre lesdeux parties pour le moment, alors que le lock-out en est à son 76e jour.


Vidéos

Photos