Des médiateurs sont nommés pour régler le lock-out


Bruce Garrioch

Dernière mise à jour: 26-11-2012 | 22h02

NEW YORK - Devant l'impasse qui perdure dans le conflit opposant la LNH et l'Association des joueurs, des médiateurs ont été nommés, lundi, dans l'espoir de faire progresser le dossier.

Le directeur du Federal Mediation and Conciliation Service, aux États-Unis, George H. Cohen, a délégué Scot L. Beckenbaugh et John Sweeney comme médiateurs.

M. Cohen s'était aussi impliqué dans les débats lors de la dernière querelle entre les propriétaires de la NFL et ses joueurs.

Aussi sur Canoe.ca

Le lock-out en était lundi à son 72e jour et il n'y avait aucune rencontre prévue à l'horaire entre la LNH et l'Association des joueurs.

Le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, avait plus tôt indiqué à l'Agence QMI qu'il s'attendait à reprendre les pourparlers avec l'AJLNH cette semaine.

«J'ai eu des conversations avec la LNH et l'AJLNH, séparément, pour contribuer à un dénouement du dossier, a fait savoir M. Cohen par voie de communiqué. J'ai lancé l'invitation à chacune des deux parties, et elles ont accepté, de nous laisser diriger les prochaines séances de négociations.»

Daly a confirmé que c'est ainsi que les choses se sont passées.

«En raison de la délicatesse de l'affaire, et parce que c'est la politique du FMCS d'agir ainsi, notre agence n'émettra aucun commentaire ni sur l'horaire des prochaines séances, ni sur l'état des pourparlers jusqu'à nouvel ordre.»

Dans un cul-de-sac

Vendredi dernier, la LNH a annulé les matchs des deux premières semaines du mois de décembre. La partie des étoiles, qui devait avoir lieu à Columbus, a également été supprimée du calendrier.

Au total, 422 rencontres ont été décommandés depuis le début octobre, ce qui correspond à 34,4% de la campagne.

La venue de spécialistes prouve donc que les autorités du circuit Bettman et ses athlètes tentent de sauver la saison. Le premier face-à-face avec le FMCS et les deux parties se déroulera mercredi, pense-t-on. Les trois médiateurs y prendront part.

«Personne ne peut affirmer quels seront les résultats de la démarche tant que nous n'aurons pas vraiment commencé, a expliqué Daly par courriel. Rien n'est garanti, on ne peut pas avancer quelconque prédiction.»

Avant de verser dans le positivisme, il faut savoir que la même démarche avait été tentée lors de la mésentente de 2004 avec la Commission nationale des relations de travail. Il y avait eu trois séances et la saison a ensuite été annulée. Comme quoi il ne faut pas s'enflammer.

Le plus récent projet à l'étude avait été soumis par le directeur exécutif de l'Association des joueurs, Donald Fehr, mercredi dernier.

«Nous devons nous montrer optimistes avec la venue du FMCS, a noté Fehr lundi. Nous espérons que cela pourra conduire à une entente équitable pour tous, autant nos membres que les propriétaires.»

Des rumeurs couraient ces derniers jours à l'effet que Fehr avait déjà suggéré l'intervention de gens de l'extérieur il y a déjà un mois, ce à quoi avait répondu sèchement le commissaire Gary Bettman qui lui avait demandé s'il cherchait simplement à sauver la face.

Selon certaines sources au courant du dossier, chaque côté a effectué quelques concessions ces derniers temps, mais rien n'a bougé sur les éléments majeurs, dont le partage des revenus. L'écart ne serait pas très grand, mais sur les deux aspects les plus importants, chacun s'entête.

Crosby frustré

Sidney Crosby, la super vedette de la LNH, a comme tant d'autres démontré des signes d'impatience lorsqu'il a accordé une entrevue à des journalistes de Pittsburgh, lundi, avant l'annonce de l'implication des médiateurs. Il souhaitait que ça bouge.

«Je pense que plusieurs joueurs sont frustrés par le fait qu'il n'y a même pas de négociations. On comprend l'aspect affaires, on comprend qu'il est normal d'étudier des offres et des contre-offres.»

«Mais, a ajouté le 87, tout ce processus est réellement frustrant. Pour qu'on règle le lock-out, il faut discuter tous les jours, ce qui n'est pas le cas actuellement.»

«Nous acceptons qu'un nouveau moyen soit mis en place pour résoudre nos différends le plus tôt possible», a ajouté Fehr.

Rien d'autre n'a porté fruit jusqu'ici, alors pourquoi pas?



Vidéos

Photos