«Rencontre cruciale»


Bruce Garrioch

Dernière mise à jour: 20-11-2012 | 22h56

Après une pause d'un jour, les négociations entre la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'Association des joueurs (AJLNH) devraient reprendre mercredi à New York.

Tous les yeux sont maintenant tournés vers l'Association des joueurs (AJLNH).

L'existence d'une saison 2012-13 pourrait bien être dans la balance lorsque la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'AJLNH se retrouveront à New York pour tenter de mettre fin au lock-out qui dure depuis 67 jours.

Si aucun de deux côtés n'a démontré une volonté de bouger de ses positions lors d'une séance de pourparlers de 90 minutes lundi soir, le directeur de l'AJLNH Donald Fehr a tout de même passé la journée de mardi avec ses plus proches conseillers afin de bâtir une nouvelle offre pour les autorités du circuit.

Les propriétaires ont demandé à l'AJLNH de concocter une autre proposition qui ne serait pas attachée à un partage des revenus établi en fonction de projections futures comme condition à la poursuite des pourparlers.

L'Association étudie ses options, mais l'adjoint au commissaire Bill Daly a dit dans un courriel que la ligue prévoit recevoir une nouvelle proposition.

Les deux clans ont accepté de se retrouver mercredi à 10 heures. Daly ne sait pas trop à quoi s'attendre.

« (Le conseiller spécial) Steve (Fehr) et moi avons discuté tard lundi soir, il m'a confirmé que l'Association passerait la journée de mardi à travailler sur une nouvelle offre à nous proposer, aussi tôt que mercredi j'espère», a expliqué Daly.

Pas de concessions

Des sources indiquent que l'AJLNH ne souhaitent pas faire trop de concessions à ce moment-ci des négociations. Fehr et compagnie ne croient pas être arrivés à un tournant et les joueurs ne sont pas prêts à baisser les bras, même s'ils rateront un quatrième chèque de paie la semaine prochaine.

Oui, les athlètes désirent retourner au jeu, mais ils ne sont pas motivés à l'idée de hisser le drapeau blanc en soumettant une offre que les propriétaires vont s'empresser d'accepter. Les joueurs sont prêts à un partage des revenus 50-50, mais veulent s'assurer que tous les pactes paraphés ces derniers mois seront entérinés.

Même si les hockeyeurs cèdent davantage sur les questions économiques centrales, incluant la notion d'indemnisation («make whole provision»), les deux parties doivent encore s'entendre sur la gestion des contrats, un point que la ligue considère comme non négociable.

Fehr est présentement soumis à la pression de plusieurs agents pour parvenir à un règlement.

Ce n'est pas une coïncidence si des gros noms comme Vincent Lecavalier, Martin St-Louis ou Brad Richards ont assisté aux rencontres ces derniers jours. Ils s'impliquent pour voir où les pourparlers sont rendus, parce que tout ce qu'ils veulent c'est retourner au jeu.
S'il y n'y a pas d'accord d'ici le week-end, ou au moins un signe de rapprochement, la ligue devra annuler deux autres semaines de son calendrier et le match des étoiles à Columbus.



Vidéos

Photos