Laperrière confirme sa retraite

LNH

Ian Laperrière © Archives


Joanie Godin

Dernière mise à jour: 19-04-2012 | 16h18

Ce n'est pas une très grande surprise, mais la carrière de Ian Laperrière, des Flyers de Philadelphie, est bel et bien terminée. Il continuera toutefois à s'occuper des jeunes espoirs de l'équipe.

Le joueur québécois n'attend que la fin des séries pour en faire l'annonce officielle, a-t-il confirmé à TVA Sports, jeudi.

«Ça fait un bon bout que je m'y attends, puisque ma condition ne s'est pas améliorée l'an passé, a-t-il raconté lors d'une entrevue téléphonique.

«Je suis capable d'avoir une vie normale, mais avoir une vie normale et jouer dans la Ligue nationale, ce n'est pas la même chose.»

Âgé de 38 ans, Laperrière n'a pas joué depuis le 9 juin 2010, soit lors du dernier match de la finale de la Coupe Stanley, que les Blackhawks de Chicago avaient remporté en prolongation.

«Participer à la finale est un des beaux moments de ma carrière, mais ça reste quand même un souvenir doux-amer en raison de la défaite», a-t-il rappelé.

Une commotion cérébrale et une blessure à un œil l'ont empêché de revenir au jeu lors des deux dernières saisons et son contrat est venu à échéance au terme de la dernière campagne.

Une nouvelle fierté

Ne pouvant plus jouer, Laperrière s'est concentré sur son rôle de mentor auprès des jeunes de l'organisation. Jeudi matin, il était d'ailleurs à l'entraînement matinal des Flyers, en compagnie des joueurs réservistes.

«Mon après-carrière se dirige vers ça. J'aime partager mon savoir avec les jeunes et je sais que l'organisation aime ce que je fais avec eux, a-t-il souligné.

«J'ai travaillé beaucoup avec des gars comme Matt Read et Zac Rinaldo cette saison. Ils étaient venus à mon camp d'entraînement l'été dernier et ils se sont entraînés avec nous. C'est plaisant et surtout valorisant de les voir connaître du succès. Ça me rend fier.»

Le Québécois a bien sûr discuté de son après-carrière avec son épouse, «qui l'appuie depuis toujours». Pour l'instant, la petite famille restera à Philadelphie, où elle vient de se faire construire une maison.

Mais Laperrière ne ferme pas la porte à d'autres offres... «On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve.»

En attendant, il espère qu'il pourra attendre encore un peu avant d'annoncer officiellement sa retraite.

«Encore deux mois», a-t-il précisé, faisant évidemment allusion à la finale de la Coupe Stanley.

Aucun regret

Laperrière aura donc joué un total de 1083 matchs dans la LNH, avec les Flyers, l'Avalanche du Colorado, les Kings de Los Angeles, les Rangers de New York et les Blues de St. Louis, et amassé 336 points, dont 115 buts.

«Je n'ai aucun regret et j'ai eu du plaisir à jouer pendant 16 ans. J'ai tout laissé sur la glace et j'ai été chanceux de toujours jouer dans de belles villes. J'ai disputé mon dernier match à 36 ans et pour être honnête, je ne pensais pas qu'un joueur comme moi pourrait rester au sein du circuit aussi longtemps.

Reconnu comme un grand guerrier, Laperrière a souvent fait preuve de courage, comme lorsqu'il était revenu au jeu après avoir reçu un tir en plein visage et avoir perdu sept dents en novembre 2009.

Quelques mois plus tard, en séries, il avait à nouveau été atteint au visage, subissant une fracture de l'os orbital et une commotion cérébrale. Il était revenu au jeu à temps pour le dernier match de la finale de l'Est, contre les Canadiens de Montréal, et avait pu prendre part à la finale, perdue aux mains des Blackhawks en six matchs.

La LNH avait d'ailleurs reconnu son courage, lui remettant le trophée Bill-Masterton en 2011.

Sauf que les symptômes de commotion cérébrale ne se sont jamais vraiment dissipés et il était toujours aux prises avec des problèmes de vision.

«Je me suis toujours dit que je jouerais tant que mon corps me le permettrait. Ce n'est plus le cas», a-t-il conclu.


Vidéos

Photos