Gonchar veut demeurer avec les Sens

Hockey

Sergei Gonchar © Agence QMI


Bruce Garrioch

OTTAWA - Sergei Gonchar est un vétéran, il sait comment ignorer les rumeurs.

Avec la date limite des transactions qui approche à grands pas, le 27 février à 15h, et toutes les spéculations qui l'accompagnent, Gonchar a affirmé au Ottawa Sun qu'il n'a pas été approché par l'organisation des Sénateurs d'Ottawa pour délaisser sa clause de non-échange.

Le vétéran de 37 ans, qui touche un salaire de 5,5 millions $ et qui en est à la deuxième année d'un contrat de trois ans valant 16,5 millions $, n'a aucunement envie de jouer pour une autre équipe.

«Je joue dans cette ligue depuis longtemps. Ce n'est pas la première fois qu'il y a des rumeurs à mon endroit», a déclaré avec un sourire le joueur d'origine russe, dimanche.

«Si vous regardez la façon dont nous avons joué l'année dernière, et que vous comparez à cette année, nous avons grandement progressé. Nous nous améliorons à chaque match et j'aime la direction que prend cette équipe. Nous sommes sur la bonne voie.»

Le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, passera probablement du temps au téléphone, compte tenu du fait que plusieurs équipes recherchent des défenseurs expérimentés.

Et leur valeur sur le marché a été établie: un choix de deuxième ronde et un choix de quatrième ou de cinquième ronde pour un défenseur qui sera joueur autonome sans compensation à la fin de la présente campagne.

Les Blackhawks de Chicago, les Red Wings de Detroit et les Bruins de Boston sont à la recherche de profondeur à la ligne bleue en vue des séries éliminatoires. Les Blues de St. Louis aussi, mais ils n'ont malheureusement pas d'argent à dépenser.

Gonchar étant sous contrat pour une autre année, les Sénateurs demanderaient probablement un autre défenseur, plus jeune et moins dispendieux, en retour du vétéran.

De plus, Erik Karlsson, qui deviendra joueur autonome avec compensation cet été, commandera le même genre de salaire que Gonchar, soit 5,5 millions $ par saison.

Mais les Sénateurs ont peur d'affecter la chimie de l'équipe en bougeant à la date limite des transactions. Non seulement Gonchar a-t-il été embauché pour aider l'équipe à gagner des matchs, il a aussi été amené à Ottawa pour servir de mentor au jeune Karlsson.

«Nous avons une bonne chimie et tous les joueurs semblent bien s'entendre, a dit Gonchar. Cette décision ne m'appartient pas, mais j'aimerais rester ici.»

Une longue disette

Gonchar a récolté deux buts et 29 aides en 53 parties cette saison. Il n'a pas marqué depuis le 12 novembre, une longue disette de 37 matchs.

«C'est malgré tout un joueur constant, a affirmé l'entraîneur des Sénateurs Paul MacLean. Nous aimerions qu'il marque davantage, mais je crois qu'il fait du bon travail en zone défensive, il est stable et prépare de bonnes sorties de zone.

«Lorsque notre avantage numérique est efficace, c'est grâce à lui. Pour la majeure partie de la saison, il a été constant. Il apporte du leadership et de l'expérience à notre jeu défensif, qui est l'une des raisons de nos succès cette année».

Gonchar a dit que le jeu des Sénateurs, cette année, lui rappellait l'équipe des Capitals de Washington avec laquelle il jouait en 1997. Les attentes, en début de saison, étaient modestes, mais l'équipe avait réussi à se rendre jusqu'en finale de la coupe Stanley.

«Personne ne s'attendait à cela. Nous avons été battus par Detroit (en finale), mais nous avons bien fait, a déclaré Gonchar.

«Cette saison, on nous prédisait le 15e rang dans la ligue. Tout le monde croyait que cette année serait difficile. Nous avons surpris tout le monde et nous avons maintenant de très bonnes chances de participer aux séries éliminatoires».

Et Gonchar aimerait faire partie de cette aventure.


Vidéos

Photos