Denis Poissant
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

La coupe aux Hawks

Coupe Stanley - La coupe aux Hawks

Les joueurs des Blackhawks posent en compagnie de la coupe Stanley.© AFP

Denis Poissant
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 10-06-2010 | 09h14

PHILADELPHIE - Après 49 ans d’absence, Lord Stanley revient à Chicago. Les Blackhawks ont remporté la quatrième coupe de leur histoire hier soir au Wachovia Center de Philadelphie, en battant les Flyers 4 à 3 en prolongation dans le sixième match de la finale.

Ces Flyers aux neuf vies avaient encore réussi à prolonger leur formidable aventure grâce au deuxième but de la soirée de Scott Hartnell, qui était planté devant le filet de Antti Niemi et a fait dévier la rondelle derrière le gardien.

Aussi sur Canoe.ca
Il créait l’égalité 3 à 3 avec seulement 3:59 au cadran et la mer orange a déferlé dans les gradins. C’était la folie furieuse. Mais à 4:10 de la prolongation, un jeune surdoué du nom de Patrick Kane a décoché un boulet en s’amenant sur le flanc gauche. La foule a gelé littéralement.

On ne savait plus où était la rondelle.

L’arbitre fouillait dans le filet.

Pendant ce temps, Kane, sûr de son coup, a enlevé son casque et ses gants et s’est garroché à l’autre bout de la patinoire, rejoint par ses coéquipiers en plein délire. La reprise a montré que la rondelle avait bel et bien déjoué le gardien Michael Leighton à sa gauche.

Le trophée Conn Smythe a été remis au jeune capitaine des Blackhawks Jonathan Toews.

Il a soulevé la coupe en triomphe quand le commissaire Gary Bettman la lui a remise.

Quelle année pour Toews! L’or olympique et attaquant par excellence du tournoi, maintenant la coupe Stanley et le Conn Smythe.

Flyers coriaces

Les Flyers auront donné tout ce qu’ils ont dans le corps. L’équipe cendrillon de ces séries n’avait pas un alignement aussi balancé que les Blackhawks.

Sortis de nulle part après une saison en dents de scie, ils ont épaté le monde du hockey grâce à des performances époustouflantes alors qu’ils avaient le couteau sous la gorge.

Quatre fois, ils ont évité l’élimination dans un match sans lendemain, et poursuivi leur lutte acharnée vers le rêve de tout hockeyeur.

Daniel Brière (30 points en séries, un sommet) et Simon Gagné sont venus bien près de le réaliser, mais ce sera pour une prochaine fois... peut-être.

Dans le hockey d’aujourd’hui, les occasions de se rendre si loin ne se présentent pas tous les ans.

Hier, les Flyers avaient les jambes un peu lourdes. Les Blackhawks, eux, ont semblé en mission du début à la fin.

Leighton solide...

Mauvais en première période du match numéro cinq, Leighton a été solide cette fois en début de rencontre devant des Blackhawks affamés.

Il n’a cédé qu’au 16e lancer, lors d’un avantage numérique des Blackhawks. L’histoire se répétait: Pronger au banc des punitions et Byfuglien qui en profite pour ramasser une rondelle libre dans l’enclave et procurer l’avance 1 à 0 aux siens, exactement comme en deuxième période du match précédent.

Pronger a gueulé fort après l’arbitre en retournant au banc des Flyers... et les Blackhawks ont écopé de deux punitions peu de temps après, en fin de période.

Le gros Scott Hartnell n’a pas raté sa chance avec 27 secondes au cadran. Planté dans la face du gardien Antti Niemi, il a payé le prix, sous la forme d’un coup de bâton sur la cheville gracieuseté de Duncan Keith. Il a mis beaucoup de temps à se relever, et dès qu’il l’eut fait, la rondelle était à ses patins; il n’a eu qu’à la pousser derrière le Finlandais.

... Leighton faible

Les Flyers ont pris l’avance en deuxième période à la suite d’une superbe pièce de jeu entre Ville Leino et Daniel Brière. Ce dernier, patient avec la rondelle, a complété d’un tir d’une précision chirurgicale dans le haut du filet après avoir couché Niemi sur la glace.

Non, son oeil au beurre noir hérité au dernier match ne le gêne pas une seconde...

En inscrivant son 29e point des séries, Brière surpassait la marque de concession établie par Brian Propp en 1987. Le petit attaquant a connu des séries sensationnelles, récoltant 12 points dans les six matchs de la finale, un sommet parmi les joueurs des deux équipes.

Leighton, qui avait gardé son équipe dans le match jusque-là, a ensuite accordé un fort mauvais but à Patrick Sharp alors que les Flyers bénéficiaient d’une supériorité numérique. Cela a pas mal calmé la foule.

Les Flyers ont joué sur les talons ensuite en fin de période. Puis Leighton a encore paru faible sur un tir de la pointe d’Andrew Ladd avec seulement 2:14 à écouler à la période.

En avant 3 à 2, les Blackhawks n’étaient plus qu’à 20 minutes de leur première coupe Stanley en 49 ans.

Hartnell a fait durer le suspense en provoquant l’égalité.

Puis Kane a fermé les livres.

Ce sera la folie sur Michigan Avenue demain pour la parade tant attendue.

Depuis 1961...


  • C’était la première fois qu’une équipe visiteuse remportait le match au cours de cette finale.

  • Les Blackhawks ont choisi le bon moment pour mettre un terme à leur séquence de dix défaites consécutives à Philadelphie qui remontait à 1996.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos