Denis Poissant
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

«Le meilleur feeling au monde» -Jonathan Toews

Coupe Stanley - «Le meilleur feeling au monde» -Jonathan Toews

Patrick Kane, Patrick Sharp, Antti Niemi et Andrew Ladd des Blackhawks de Chicago célèbrent après avoir battu les Flyers par la marque de 4-3 en prolongation, hier, à Philadelphie.© Photo AgenceQMI/Alex Urosevic

Denis Poissant
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 10-06-2010 | 13h58

PHILADELPHIE - Jonathan Toews a connu une année que l’on ne peut même pas imaginer dans ses rêves les plus fous: l’or olympique et le titre d’attaquant par excellence du tournoi, maintenant la coupe Stanley et le Conn Smythe remis au joueur le plus utile des séries.
Aussi sur Canoe.ca

«Je me sens privilégié de faire partie d’une organisation de première classe comme les Blackhawks, confiait Toews au centre de la glace après que lui et ses coéquipiers eurent paradé avec la coupe.

«On y a cru jusqu’à la fin. On savait que ce serait difficile et on a trimé dur. C’est le meilleur feeling au monde.»

Et quelle fin incroyable, avec la rondelle que tout le monde cherchait dans le filet...

«Patrick Kane avait l’air pas mal sûr que la rondelle avait pénétré dans le filet. Alors on l’a cru et on l’a suivi....»

La mère de Jonathan, Andrée Gilbert, était aussi sur la glace avec toute la famille du jeune capitaine des Blackhawks. Elle se pinçait pour réaliser ce qui venait de se produire.

«Ç’a n’a pas d’allure, qu’est ce qui arrive après tout ça? Je n’aurais jamais pensé que Jonathan puisse gagner les Olympiques et la coupe la même année. C’est capotant. C’est tellement excitant que je ne sais plus quoi penser... Une chose est certaine, mon gars va se rappeler de ses 22 ans toute sa vie. On s’en va célébrer en famille quelques jours à Chicago.»

Non loin de là, le héros du match Patrick Kane criait comme un fou avec ses chums de Buffalo venus le voir.

«C’est incroyable. Je n’ai pas encore réalisé ce qui vient de se produire.»

Hossa réussit enfin

Un des plus heureux était Marian Hossa, qui remportait enfin la coupe à sa troisième chance en trois ans.

«C’est tout un soulagement. Vous savez, j’étais très heureux de retourner en finale, mai un peu nerveux en même temps. Je suis heureux que ce soit terminé (la séquence sans coupe) et que je me retrouve enfin du côté gagnant.

«C’est un rêve de jeunesse. Quand j’étais petit, je jouais au hockey en face de ma maison en pensant à un moment comme celui- là, en regardant les superstars de l’époque comme Mark Messier.»

«Parfois les choses ne fonctionnent pas, mais il ne faut jamais arrêter de travailler. De cette façon, de bonnes choses vont arriver.»

L’entraîneur Joel Quenneville était fou de joie lui aussi.

«Ce fut un match incroyable. Et quelle fin étrange. Ces deux der niers matchs furent nos meilleurs matchs de toutes les séries.» Il a louangé Toews: «Plus l’occasion est grande, mieux il joue. Son trio a été un grand facteur pour nous dans ce match. Ils ont bien contrôlé la rondelle en zone offensive.»

Du côté des Flyers, la défaite était dure à avaler après un si long parcours.

«Ça fait mal, c'est décevant, a soufflé Daniel Brière. On croyait que c'était notre destinée.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos