André Cyr
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

Marleau a retrouvé tous ses moyens

André Cyr
Le Journal de Montréal

Une des raisons qui expliquent pourquoi les Sharks sont si durs à battre cette saison s'appelle Patrick Marleau.

Pendant que les Sharks trônent au sommet de la conférence de l'Ouest, on retrouve le nom du grand attaquant dans la colonne des 15 meilleurs marqueurs de la ligue. Au grand plaisir de l'entraîneur Todd McLellan, il va sans dire.

«Patrick est un gars qui se présente à chaque match pour jouer du mieux qu'il peut», a louangé McLellan, qui utilise son vétéran joueur à toutes les sauces, que ce soit en avantage numérique, pour tuer des punitions ou encore pour prendre des mises en jeu importantes.

«Patrick a connu une saison éprouvante l'an passé,mais maintenant, il a retrouvé toute sa confiance», a poursuivi McLellan.

Avant d'affronter le Canadien hier soir, Marleau trônait au deuxième rang sur la liste des pointeurs de l'équipe, avec 34 buts et 30 passes pour 64 points et un exceptionnel différentiel de +25.

Des statistiques qui ne ressemblent en rien à celles qu'il a compilées l'an dernier alors qu'il n'avait vraiment pas joué à la hauteur de son talent, avec 19 buts et 29 passes pour 48 points et un épouvantable différentiel de -19.

En fait, McLellan trouve que Marleau ( qui vient de la Saskatchewan ) joue tellement bien que sa candidature devra être considérée quand viendra le temps de composer l'équipe qui représentera le Canada aux Jeux olympiques de Vancouver.

Centre naturel

Marleau, un centre naturel, joue de plus en plus souvent à gauche sur un trio complété par le meilleur joueur de l'équipe, Joe Thornton, et Devin Setoguchi. Disons que ça aide à empiler des points...

«Marleau et Thornton se complètent très bien, a encore avancé McLellan. Quand Joe connaît un match ordinaire, Patrick prend la relève, et vice-versa. Ils se distribuent bien la pression.»

Marleau s'était démarqué, jeudi, dans la victoire des Sharks, 2-1, devant les Sénateurs à Ottawa. Lui et Milan Michalek ont alors compté deux buts rapides en avantage numérique pour procurer deux points de plus aux Sharks au classement général.

Au cours de ce match, le gardien Brian Boucher a réalisé 23 arrêts et c'est encore lui qui a été appelé à affronter les tirs du Canadien hier soir. Il en était à son 14e match seulement cette saison ( contre 47 pour Evgeni Nabokov) et McLellan a expliqué pourquoi il avait pris la décision de l'envoyer dans la mêlée.

«La décision de donner plusieurs départs à Boucher a été prise avant même que la saison commence», a-t-il dit.

«Nous voulons offrir la chance à Nabokov de se reposer un peu. Nous voulons être sûrs qu'il sera à 100 % quand les séries éliminatoires débuteront.»

Il y a donc de bonnes chances que Boucher ait plusieurs autres départs dans un avenir rapproché même s'il a connu certaines difficultés contre le Canadien.

Il faudra qu'il joue mieux qu'hier soir pour aider son équipe car, selon McLellan, les Sharks ne connaîtront pas de match facile d'ici la fin de la saison.

«Je crois même que ce sera de plus en plus dur», a-t-il avancé.

«La pression sera de plus en plus forte parce que les enjeux deviennent importants. Toutes les équipes vont vouloir nous battre.»

«Il faudra qu'on trouve des façons de gagner. Je pense que mes joueurs ont assez d'expérience pour ça.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos