Jacques Demers
Journal de Montréal

Markov dans le top 3

Jacques Demers

J'ignore si les amateurs réalisent vraiment la valeur du défenseur Andrei Markov chez le Canadien, mais à travers toute la LNH, il est déjà considéré comme l'un des meilleurs à sa position.

Markov connaît tout un début de saison, lui qui domine le classement des marqueurs chez les défenseurs (avant les matchs d'hier) et dont l'utilité à son équipe ne se retrouve pas seulement en attaque, mais aussi en défense.

Le gros défenseur russe est devenu un véritable général à la ligne bleue du Tricolore, lui qui à 29 ans (bientôt 30) est à l'apogée de son développement. C'est lui qu'on utilise notamment dans toutes les situations délicates et les missions spéciales comme le jeu de puissance et en désavantage numérique.

C'est par Markov que s'exécute toute la relance de l'attaque du Canadien et c'est par lui que se déploie tout le jeu en territoire défensif. Ce n'est pas pour rien qu'il a disputé une moyenne frisant les 25 minutes par match depuis le début du calendrier. Il contrôle un match comme les grands défenseurs le font.

À mon avis, Markov fait partie des trois meilleurs défenseurs du circuit Bettman avec Nicklas Lidstrom et Dion Phaneuf. Au rythme où vont les choses, il devra être considéré comme un sérieux candidat au trophée Norris à la fin du calendrier.

Markov est un homme timide et réservé et il n'est pas celui qui va se vendre sur tous les toits. Mais les gens de la LNH le voient comme une super-vedette à sa position. Incidemment, il pourrait connaître la consécration locale le 25 janvier alors que sera présenté le match des étoiles au Centre Bell. À moins d'une catastrophe, Markov sera de la partie. Et ce soir-là, il méritera sûrement de recevoir la plus belle ovation de sa carrière avec le Canadien.

GAINEY DOIT SE FROTTER LES MAINS

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Bob Gainey a eu la main heureuse avec ses trois nouvelles acquisitions chez le Canadien.

Alex Tanguay a vraiment bien entrepris la saison en compagnie de Saku Koivu et de Guillaume Latendresse et il a fait oublier assez rapidement Michael Ryder. Pour sa part, Robert Lang n'a rien à envier à Brian Smolinski. Lang produit déjà assez bien et attendez de le voir avec Chris Higgins et Sergei Kostitsyn lorsque tout le personnel sera en santé.

Finalement, Georges Laraque apporte une dimension qui manquait vraiment au Tricolore l'an dernier. Avec lui, les joueurs manoeuvrent beaucoup plus en confiance.

SAVARD : TRAITEMENT INJUSTE

J'ai éprouvé beaucoup de tristesse en apprenant le congédiement de Denis Savard au poste d'entraîneur en chef chez les Blackhawks de Chicago cette semaine. J'ai discuté avec Denis et il était très déçu, il va sans dire.

Savard a été traité injustement par les Blackhawks, lui qui a presque mené son équipe aux séries l'an dernier (il manquait trois points), et ce, sans les services de Martin Havlat et de Jonathan Toews pour une partie de la saison. D'abord, on ne lui a pas donné une prolongation de contrat au cours de l'été. Or, c'est impossible de diriger dans la LNH avec un contrat qui vient à échéance l'année en cours. La pression est trop forte. De plus, on l'a entouré de Joel Quenneville et de Scotty Bowman avant le début de la saison, ce qui laissait déjà présager des jours sombres pour lui.

Denis Savard a joué à Montréal et il a adoré son expérience, mais qu'on le veuille ou non, il sera toujours identifié aux Blackhawks, là où il a connu ses meilleures saisons. Il a grandement contribué à bâtir l'histoire de cette concession. Et pour cela, il ne méritait pas d'être humilié de la sorte. Si on avait des doutes sur lui, on aurait dû le remplacer au cours de l'été. On s'est servi de lui pour vendre des billets de saison et, à la première occasion, on lui a indiqué la sortie. C'est ce qui m'attriste le plus.

Savard aimerait bien obtenir une seconde chance. Pour se faire, il devra sûrement emprunter le même chemin que Michel Therrien et recommencer à zéro avec une équipe de la Ligue américaine. Je lui souhaite bonne chance.

POURQUOI PAS CARBO ?

Pendant que Denis Savard vivait des moments difficiles, un autre de mes anciens joueurs, Steve Yzerman, avait des raisons de célébrer, lui qui était nommé pour diriger l'équipe canadienne aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

Je suis content que Hockey Canada ait décidé de briser la clique. Maintenant, j'aimerais aussi qu'on amène du sang neuf sur le plan du personnel d'entraîneurs. Je crois que Mike Babcock est dû pour diriger l'équipe et, selon moi, on devrait faire appel à Guy Carbonneau et à Lindy Ruff pour le seconder.

Propos recueillis par Mario Leclerc

MES 3 ÉTOILES

  • Thomas Vanek : Il est en feu avec ses sept buts en ce début de saison.
  • Phil Kessel : Il débloque et il a déjà quatre buts en quatre matchs.
  • Guillaume Latendresse : Il montre de beaux signes qui laissent présager un véritable attaquant de puissance.
  • MA DÉCEPTION

    La façon dont on a indiqué la sortie à Denis Savard à Chicago.



    Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


    Vidéos

    Photos