François-David Rouleau
Agence QMI

L'Armada surprend les Foreurs

François-David Rouleau

VAL-D'OR - L'Armada de Blainville-Boisbriand a réussi un véritable tour de force. Elle a quitté l'Abitibi à égalité 1-1 dans la série face aux Foreurs.

La formation des Laurentides est rentrée au bercail cette nuit après une victoire de 4-1 au Centre Air Creebec, samedi.

Sans tambour ni trompette, elle s'est montrée opportuniste devant des rivaux soudainement moins coriaces.

Le petit Philippe Sanche s'est levé avec une production de deux buts et deux aides. Jan Dufek et Guillaume Beaudoin ont aussi touché la cible en plus d'amasser une aide chacun.

«Nous avons profité de nos chances de marquer. Ce n'est pas facile venir jouer ici. C'est bon pour le moral», a indiqué tout sourire le valeureux guerrier de l'Armada.

Les Foreurs ont tout tenté pour fermer les livres en première moitié de rencontre, mais ils se sont butés à Samuel Montembeault qui a disputé un autre fort match.

L'homme masqué de l'Armada s'est déguisé en voleur à plusieurs occasions. Il a notamment fermé la porte à deux reprises au Tchèque Jan Mandat. Il a aussi dit non à François Beauchemin.

Frustration

La frustration a alors fait surface. Comme le redoutait Mario Durocher à l'aube de cette série, ses hommes ont sombré dans l'indiscipline. Ils ont ouvert la porte à leurs visiteurs tandis qu'ils ont bousillé plusieurs bonnes occasions de revenir de l'arrière avec leurs visites répétées au cachot.

«Nous devons respecter le plan de match et être plus disciplinés sur la patinoire, a tonné l'entraîneur-chef des Foreurs, Mario Durocher. Si on veut gagner, nos meilleurs joueurs doivent être meilleurs que ceux de l'autre côté.»

«Nous étions deuxièmes sur la rondelle et nous n'avons pas payé le prix», a ajouté celui qui n'a pas hésité à clouer au banc quelques vétérans.

Si Alexis Pépin s'était imposé la veille par son jeu inspiré et ses solides coups d'épaule, il a plutôt mis ses coéquipiers dans l'embarras, samedi. Il a écopé de deux pénalités, comme Julien Gauthier et Jack Van Boekel. Sa première a par ailleurs mené au but de Jan Dufek.

Alignement non conforme

D'ailleurs, ils auraient pu mettre le match hors de portée de l'Armada dès les premiers instants de la partie. Après une pénalité d'accrochage décernée à Yvan Mongo dès la première présence, Joël Bouchard s'est fait prendre la main dans le sac avec un alignement non conforme. La puissante attaque du Vert et Or ne s'est jamais mise en marche.

«Nous aurions pu les sortir du match dès ce moment en imposant notre momentum de la veille, a souligné Durocher. Nous n'étions pas prêts sur cette double supériorité numérique et nous n'avons pas fait le travail à nos 10 jeux de puissance.»

Olivier Galipeau a évité l'humiliation d'un jeu blanc en complétant la manœuvre d'Anthony Beauregard au dernier tiers.

Étienne Montpetit n'a pas brillé de tous ses feux. Peu sollicité au premier vingt, il a piqué un petit roupillon dans son demi-cercle avant que Dufek ne l'extirpe de son sommeil au deuxième des trois tirs de l'Armada. Il a fini sa soirée de travail en réalisant 20 arrêts.

La série se transporte du côté de Boisbriand. Prochain rendez-vous: mardi soir.

Réponse automatique

En l'emportant au lendemain d'une leçon apprise à la dure, les joueurs de l'Armada ont répondu aux attentes de leur pilote.

«Nous avons tenu l'avance face à une grosse équipe, a applaudi Joël Bouchard. Les apprentissages en saison ont porté leurs fruits. Nous avions pris un pouce en troisième période hier [vendredi] et nous en avons pris un autre.»

Sans crier ciseau, sa troupe a accompli une besogne que peu d'équipes ont réalisé à Val-d'Or cette saison. Les Foreurs n'ont perdu que neuf fois devant leurs partisans.

«C'était important de venir ici et d'en gagner une», a-t-il fait savoir.

«Ce n'est pas agréable de venir jouer en Abitibi. Les Foreurs n'ont pas perdu souvent. On n'aime pas venir jouer ici et ils n'aiment pas venir chez nous. Ça donne confiance», a relativisé Sanche.

Erreur d'inattention

Bouchard a placé sa troupe en forte mauvaise posture dès le départ. Il a envoyé le mauvais joueur sur la patinoire pour la mise en jeu initiale. Ce qui lui a valu une pénalité en plus d'un appel pour avoir retenu envers Yvan Mongo, l'Armada a écoulé une infériorité numérique de deux joueurs avec succès.

«Ça nous a donné du jus et probablement le gaz nécessaire pour le match. C'est dramatique sur le coup, mais les gars ont bien répondu», a expliqué l'instructeur.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos