Samuel Carrier s'impose à la défense

LHJMQ

Samuel Carrier s'impose chez l'Armada. Photo Agence QMI - Martin Alarie


François-David Rouleau

BOISBRIAND - À 20 ans, le défenseur de l'Armada de Blainville-Boisbriand Samuel Carrier s'élève parmi les meilleurs arrières de la LHJMQ grâce à ses 31 points.

Certains diront que c'est normal. Par contre, le vétéran s'est relevé après avoir reçu quelques claques au visage au cours des dernières années. Il aurait bien pu revoir ses plans d'avenir. Toutefois, il a voulu donner un nouveau souffle à sa carrière.

Espérant graduer chez les professionnels, l'athlète de Varennes doit reconquérir l'attention des recruteurs. Repêché par par les Capitals de Washington en 2010, ceux-ci l'ont libéré l'an dernier, deux ans après en avoir fait leur choix de sixième tour.

«Je m'attendais à signer un contrat avec eux, mais ce n'est pas arrivé. C'est encore plus dur à digérer quand tu t'attends à ça, a expliqué Carrier, avouant qu'il s'était remis en question. J'ai réfléchi et je devais prendre une autre décision. Il fallait que je pense à mon avenir.»

Quittant le navire du Drakkar de Baie-Comeau pour revenir dans la grande région de Montréal et ainsi entrer à l'université, Carrier a vu l'état-major de l'Armada lui faire une place dans sa formation.

Son nouvel agent, Normand Conway, est confiant qu'il obtiendra du boulot chez les professionnels. «C'est son objectif. Il s'est repris en main en travaillant fort. C'est faisable. Il ne doit pas se décourager, il se trouvera une place. Je l'ai vécu avec d'autres joueurs, j'ai confiance, mais il devra passer par la Ligue américaine de hockey.»

Début

Malgré un lent départ, il pointe au septième rang chez les défenseurs du circuit Courteau avec ses cinq filets et 26 mentions d'aide. Pourtant, il n'a pu bénéficier d'une stabilité à ses côtés sur la ligne bleue en raison des blessures.

«Je n'ai pas eu le début de saison souhaité, a affirmé d'entrée de jeu le vétéran qui s'est amené avec l'Armada alors que le camp d'entraînement s'était déjà mis en branle. Depuis la mi-novembre, ça va beaucoup mieux. Je peux encore progresser, mais j'ai amélioré plusieurs aspects de mon jeu.»

Carrier devait parfaire certains petits détails, tels que les batailles à un contre un, les passes et les tirs au but. Il a répondu à l'appel de ses entraîneurs en prenant le taureau par les cornes.

Le défenseur a passé de longues heures à faire du «spinning» en compagnie de Joël Bouchard, en plus de simplifier son jeu. Il exécute des passes plus courtes et distribue davantage la rondelle pour créer des lignes de passe sur la patinoire.

«Il est à son meilleur quand il garde les choses simples. Il amène beaucoup à l'offensive et offre du bon jeu à la défensive, a noté son entraîneur, Jean-François Houle, qui l'a aussi dirigé à Lewiston. Il doit être constant et plus combatif pour gagner ses batailles, c'est là qu'il va se démarquer et avoir un bon match.»

Meneurs

Ayant récolté 50 points chez les MAINEiacs en 2010-2011, Carrier mène la ligue avec un impressionnant différentiel de plus 34. Il est également le défenseur du circuit Courteau ayant dirigé le plus de lancers (157).

«Je suis fier de ce différentiel, c'est important et révélateur pour un défenseur. Quant à l'autre statistique, chaque lancer peut être dangereux. J'essaie de viser le filet pour créer des chances de marquer», a souligné celui qui aimerait bien mettre la main sur la coupe du Président à sa dernière saison.


Vidéos

Photos