Trois-Rivières est près d'un retour


Jonathan Roberge

Trois-Rivières pourrait accueillir une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), et ce, dès la prochaine saison.

Selon ce qu'ont appris de source sûre L'Écho de Shawinigan et TVA Trois-Rivières, une formation des Maritimes serait tout près de plier bagage et s'installer en Mauricie.

Un groupe d'hommes d'affaires prospères et bien connus dans le monde du hockey travaillent présentement en coulisse afin d'acquérir cette concession.

Aussi sur Canoe.ca

«C'est sûr que lorsque nous avons lancé le projet de construction d'un amphithéâtre de 5000 sièges avec des loges corporatives, ce n'était pas seulement pour le hockey mineur. Nous voulions nous positionner pour amener une équipe junior majeure à Trois-Rivières», s'est réjoui le maire Yves Lévesque qui confirme que le montage financier des actionnaires est déjà complété.

Il resterait toutefois à s'entendre avec les Cataractes de Shawinigan qui possèdent un droit de veto territorial. La plus vieille organisation de la LHJMQ doit d'abord donner son aval avant qu'une équipe ne s'installe dans un rayon de 40 kilomètres.

«Les prochains mois seront importants dans les négociations. Je ne vois pas pourquoi Shawinigan bloquerait le projet, a-t-il continué. Après tout, il y a déjà eu une très belle rivalité entre les Cataractes et les Draveurs. Ça amènerait un engouement très fort dans la région. Si c'était le contraire, jamais Trois-Rivières ne bloquerait le processus, on serait même content pour eux. On ne peut quand même pas empêcher le développement d'une région.»

Courteau entre dans la danse

Les discussions sont déjà en cours depuis un bon moment. Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a d'ailleurs été vu à Shawinigan, jeudi dernier, en compagnie de son bras droit, Marcel Patenaude.

Le commissaire s'est par la suite rendu dans les Maritimes, une tournée qui était déjà prévue. Il en aurait toutefois profité pour rencontrer les propriétaires de l'équipe en question.

Importante compensation financière

Les champions en titre de la coupe Memorial hésiteraient à autoriser le retour d'une équipe à Trois-Rivières puisque de plus en plus de commerçants et d'amateurs de cette ville s'associent à l'équipe. La perte de revenus serait alors considérable.

Au cours des dernières années, Martin Mondou a martelé à plusieurs reprises que la venue d'une deuxième équipe dans la région ne serait pas viable et que les Cataractes ont besoin de toute la Mauricie pour survivre.

Une importante compensation financière pourrait toutefois être offerte à l'équipe pour permettre de finaliser l'entente. Le montant serait versé chaque année, tout au long de l'existence de l'équipe. La franchise trifluvienne serait opérée par un groupe très sérieux qui a les moyens de réaliser ses ambitions.

«Les actionnaires dans ce dossier sont des gens passionnés, qui veulent obtenir une équipe. Si les Cataractes exercent leur droit de veto, on devra se tourner vers la Ligue américaine de hockey, mais j'ai confiance que les discussions vont se poursuivre dans l'harmonie et qu'on en viendra à une entente qui sera bonne pour les deux villes », a conclu le maire.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec n'a pas voulu commenter le dossier.

Il s'agirait alors d'un deuxième coup de circuit pour Trois-Rivières en moins d'un an. En août dernier, la chaîne TVA Sports annonçait que la Ligue Can-Am allait implanter une nouvelle concession à Trois-Rivières. Quelques semaines plus tard, on convoquait la presse. La première balle sera lancée dans quelques mois.

Réal Breton intéressé

La séparation entre les Cataractes et leur ex-président Réal Breton s'est faite abruptement en juin dernier. L'homme d'affaires ne s'est jamais caché depuis : il souhaite revenir dans la LHJMQ et entend prendre tous les moyens nécessaires pour y parvenir.

«J'ai quitté l'organisation des Cataractes à regret. Pour moi, il a toujours été clair que je voulais revenir dans le circuit. La construction d'un amphithéâtre à Trois-Rivières laisse entrevoir de belles choses pour l'avenir de cette ville. C'est certain que c'est un dossier que j'observe de façon très attentive», a expliqué Breton.

Impliqué avec les Cataractes durant plusieurs années, il a maintenant pour difficile mission de convaincre ses anciens partenaires. La Ligue devrait d'ailleurs servir de médiateur pour faciliter les négociations.

Au cas où la porte de la LHJMQ se referme sous son nez, Breton aurait déjà un plan B dans sa manche.

«Monsieur Breton a toujours désiré obtenir une équipe professionnelle. Si ça ne marche pas dans le junior, il y aura toujours la possibilité de faire des démarches avec la Ligue américaine de hockey. Notre futur amphithéâtre aura toutes les fonctionnalités nécessaires pour accueillir cette ligue et le groupe d'investisseur a les contacts nécessaires», a poursuivi le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Cette nouvelle infrastructure, qui sera construite pour plus de 50 millions $, ne sera toutefois pas prête avant 2015. Si on en vient à une entente, les futurs Draveurs devront donc évoluer quelques temps dans le vétuste colisée de Trois-Rivières.


Vidéos

Photos