Jean-François Chaumont
Agence QMI

Tie Domi, un père fier

Tie Domi, un père fier

Max Domi avec son père, Tie, lors du repêchage de la LNH en 2013. Getty Images/AFP

Jean-François Chaumont

BROSSARD | Tie Domi n'en démord pas. Il croit réellement que son fils profitera de jouer dans un environnement où le hockey est roi, contrairement à un marché anonyme comme celui de l'Arizona.

« Ici à Montréal, tu respires le hockey, a mentionné Tie. C'est ce que tu recherches comme joueur. Il vit son rêve en jouant dans un grand marché. C'est agréable de le voir et l'équipe gagne en plus. Je suis un père très fier. J'aime passer du temps avec lui. Nous devrons maintenant apprendre le français. Les gens le reconnaissent et son gentil avec lui. »

« Max vient de Toronto et il porte le nom de Domi dans son dos, a-t-il poursuivi. Il a toujours eu de la pression sur ses épaules et il aime ça. Jeune, il était toujours le meilleur joueur de son équipe et il a remporté plusieurs championnats. À London dans la Ligue junior de l'Ontario, il a participé trois fois à la Coupe Memorial et il a gagné l'or avec l'équipe canadienne au Mondial junior. »

L'agonie des vieux Jets

Tie a tracé un parallèle entre son passage avec les Jets de Winnipeg pour presque trois saisons de décembre 1992 à avril 1995 et les trois saisons de Max avec les Coyotes de l'Arizona.

« J'avais vécu ça lors de mon court séjour à Winnipeg. Teemu Selannne avait marqué 76 buts, mais il y avait de l'incertitude avec l'avenir des Jets. L'équipe était à vendre et nous étions pour déménager. Les Jets ont finalement quitté pour l'Arizona. »

Tie n'avait pas eu à vivre le déménagement du Manitoba vers l'Arizona puisque les Jets l'avaient échangé aux Maple Leafs de Toronto le 7 avril 1995. Les Coyotes ont vu le jour lors de la saison 1996-1997.

Les Jets ont repris vie à Winnipeg lors de la saison 2011-2012 après le déménagement des Thrashers d'Atlanta.

Oui aux Nordiques

Tie Domi n'a pas l'influence de Jeremy Jacobs, le propriétaire des Bruins de Boston, mais il a droit à son opinion. Assez critique de la situation du hockey à Glendale en Arizona, l'ancien des Leafs voterait oui pour un retour des Nordiques à Québec.

« Absolument que j'aimerais ça, a-t-il dit. Je suis surpris que ce ne soit pas encore arrivé. Ils ont bâti un nouvel aréna à Québec. Mon endroit favori où jouer comme visiteur c'était Montréal. Québec était incroyable aussi. Pas seulement les hot dogs. L'ambiance aussi. C'est une ville fantastique et j'aime Québec. »



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos