Agence QMI
Agence QMI

Trois rachats potentiels chez le Canadien

Trois rachats potentiels chez le Canadien

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Agence QMI

L'heure des choix difficiles approche pour Marc Bergevin.

En plus de se préparer pour le repêchage amateur, le directeur général du Canadien doit décider s'il entend racheter des contrats de certains joueurs qu'il a déjà sous la main. La période pour le faire s'amorcera le 15 juin.

Si Bergevin penche pour cette option, trois joueurs sortent du lot lorsqu'on regarde de près la formation montréalaise actuelle : David Schlemko, Karl Alzner et Andrew Shaw.

David Schlemko

Des trois, Schlemko serait le cas le moins coûteux.

Selon les données provenant du site spécialisé capfriendly.com, les Canadiens devraient débourser «seulement» 2,433 millions $ et pourraient étaler ce montant sur quatre ans puisqu'il reste deux saisons à écouler à son contrat.

Il n'en coûterait donc que 608 333 $ annuellement. Et sur la masse salariale, le montant ne dépasserait pas le million (un maximum de 908 000$). Ça pourrait en valoir la peine...

Lorsqu'il a fait son acquisition, le DG du Canadien le voyait comme le partenaire de Shea Weber sur la première paire défensive. Schlemko n'a certainement pas répondu aux attentes, mais peut-être pas au point d'abandonner.

Ce serait tout un aveu d'échec de la part de Bergevin. Il serait donc surprenant qu'il procède à un rachat.

Karl Alzner

Passons à Alzner. Si rien n'est fait d'ici le début de la saison, il coûtera 4,625 millions $ sur la masse salariale pour les quatre prochaines années.

Dans l'éventualité où Bergevin rachèterait son entente, il devrait lui verser les deux tiers de son salaire restant, ce qui veut dire 10,416 millions $.

Son contrat aurait alors un impact moins important par année sur la masse salariale de l'équipe, mais pour une durée de huit ans plutôt que quatre.

En fait, l'entente d'Alzner ne coûterait rien sur la masse salariale en 2018-2019. Elle compterait pour 1,3 M$ en 2019-2020, pour 4,427 M$ en 2020-2021, pour 2,427 M$ en 2021-2022 et pour 1,3 M$ au cours des quatre saisons suivantes. C'est un pensez-y bien!

Mais là encore, comme Schlemko, Alzner n'a disputé qu'une seule saison avec les Canadiens et disons que toute l'équipe en a arraché. La patience pourrait être de mise...

Andrew Shaw

Enfin, examinons le cas de Shaw. Ennuyé par les blessures, le combatif attaquant n'a récolté que 20 points en 2017-2018.

Shaw a encore quatre ans dans son contrat, qui compte pour 3,9 M$ annuellement sur la masse salariale des Canadiens.

En répartissant sur huit ans les deux tiers de l'argent qui reste à lui payer (10,9 M$ en salaire + 2 M$ en bonis), il en coûterait en moyenne 908 333 $ sur la masse salariale.

Ce montant paraît peu élevé. Mais comme pour Alzner, il croît entre 2019-2020 et 2021-2022, passant de 808 333 $ en 2018-2019 à 2,558 M$ la campagne suivante, à 2,058 M$, puis à 2,908 M$, avant de descendre sous la barre du million, à 908 000 $, pendant les quatre saisons subséquentes.

Ça peut sembler alléchant, mais ne pariez pas trop d'argent là-dessus. Shaw a toujours été dans les bonnes grâces de Bergevin, un autre ancien membre de l'organisation des Blackhawks.

Il serait également étonnant que les contrats de Schlemko et d'Alzner soient rachetés, mais on ne sait jamais, tout peut arriver dans le monde du hockey. On n'a qu'à penser à l'incroyable épopée des Golden Knights!



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos