Jonathan Bernier
Journal de Montréal

Bonne année !

Le Canadien amorce 2018 avec un cinquième revers de suite - Bonne année !

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Jonathan Bernier

On ignore quelles ont été les résolutions des joueurs du Canadien pour la nouvelle année, mais celle de marquer plus d'un but par match en faisait certainement partie.

À l'image de ceux qui promettent d'arrêter de fumer ou qui assurent vouloir diminuer leur tour de taille, la résolution du Tricolore n'a pas mis de temps à tomber à l'eau.

Face aux Sharks de San Jose, la formation la plus étanche du circuit, la troupe de Claude Julien s'est inclinée par le pointage de 4 à 1. L'année 2018 du Canadien s'est donc amorcée de la même façon que s'est conclue 2017.

Les Montréalais ont maintenant subi cinq revers de suite. Cinq rencontres au cours desquelles ils n'ont fait bouger les cordages qu'à quatre reprises.

« Il faut trouver une façon de marquer. Il faut être plus affamé autour du demi-cercle du gardien. Ça devient frustrant et ça devient lourd pour tout le monde. On tient nos bâtons plus serrés », a indiqué Phillip Danault.

Au neutre à forces égales

D'ailleurs, il aura fallu une supériorité numérique de deux hommes pour qu'Andrew Shaw trompe la vigilance d'Aaron Dell tard en deuxième période. Mais puisqu'à ce moment, les Sharks menaient déjà 2 à 0, on savait que c'était dans une cause perdante.

Le fougueux attaquant a déjà marqué 10 buts cette saison. Sur un pied d'égalité avec Paul Byron, il en accuse cinq de retard sur Brendan Gallagher, le meneur de l'équipe. À sa première saison à Montréal, il en avait inscrit 12 en 68 rencontres.

Pendant ce temps, Max Pacioretty est bloqué à huit buts. Il n'a pas touché la cible à ses 13 derniers matchs. En début de rencontre, il a obtenu une excellente occasion de mettre fin à cette disette en s'échappant presque devant Dell, mais le repli de Brent Burns est venu s'ajouter à la frustration du capitaine.

Le fait que les meilleurs marqueurs de l'équipe sont incapables de se rendre justice explique en partie pourquoi le Tricolore n'a marqué qu'un seul but à forces égales sur les quatre qu'il a réussis lors des cinq dernières rencontres.

« L'attaque massive a été correcte dernièrement, mais à cinq contre cinq, on doit s'ajuster. On doit être plus créatifs, a soutenu Pacioretty. On l'a souligné, mais lors du dernier match, notre exécution a fait défaut, et ce soir, c'est comme si on avait simplement abandonné le concept. »

Problèmes de couverture

Encore une fois, le pointage de la rencontre ne rend pas justice au travail de Carey Price. Malgré les quatre buts accordés, le gardien du Canadien a offert quelques bijoux d'arrêts, particulièrement au cours du premier vingt.

Toutefois, on arrive vite à court de miracles derrière une défense incapable de tenir la ligne bleue et de couvrir adéquatement l'enclave.

D'ailleurs, Joe Thornton et Timo Meier (sur son premier de la soirée) sont parvenus à déjouer Price après s'être camouflés derrière les défenseurs bleu-blanc-rouge. Pour sa part, Marc-Édouard Vlasic, élu première étoile de la rencontre, a profité d'un surnombre provoqué par une erreur de Joe Morrow en territoire neutre. Sur son deuxième but, Meier a décoché un tir des poignets parfaits.

Silencieux comme des rats de bibliothèque pendant plusieurs minutes au cours de la rencontre, les partisans ont fait sentir leur mécontentement dans les derniers instants du match en y allant de huées bien senties.

Les prochains mois s'annoncent longs.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos