Jonathan Bernier
Agence QMI

Un match parfait pour le Canadien

Un match parfait pour le Canadien

Les joueurs du Canadien célèbrent.Photo Bruce Bennett / AFP

Jonathan Bernier

NEW YORK - On a beau dire que la perfection n'est pas de ce monde, le Canadien de Montréal a offert une performance qui s'en est drôlement approchée.

En contrôle d'un bout à l'autre de la rencontre, le Tricolore a profité de deux buts inscrits en supériorité numérique, les deux premiers de la série, pour l'emporter 3-1 aux dépens des Rangers de New York, dimanche au Madison Square Garden.

Grâce à ce deuxième gain de suite, la troupe de Claude Julien prend les devants 2-1 dans cette série.

Toujours à son meilleur à Manhattan, Carey Price a repoussé 20 tirs pour enregistrer le jeu blanc. Il s'agit d'une sixième victoire d'affilée pour l'homme masqué d'Anahim Lake dans ce mythique amphithéâtre. Une séquence au cours de laquelle il n'a accordé que six buts.

«C'est un match à l'étranger idéal. La victoire de vendredi nous a donné confiance, mais nous devons nous assurer de maintenir le cap», a déclaré Price.

Devant lui, ses coéquipiers n'ont laissé aucune marge de manœuvre aux locaux. La combativité des joueurs du Tricolore a causé des maux de tête à leurs rivaux.

Les défenseurs des Rangers n'ont pas eu d'autre choix que de précipiter leurs passes, pendant que les attaquants n'avaient aucun temps de réaction le long des rampes.

Défense étanche

La troupe d'Alain Vigneault a apporté certains ajustements au deuxième tiers, ce qui lui a permis de prendre de la rapidité en zone neutre et d'entrer à pleine vitesse dans celui du Canadien.

Ils ont alors obtenu quelques occasions de marquer, mais les défenseurs du Tricolore ont fait tout un travail pour limiter l'accès à Price.

Avant de quitter Montréal, Rick Nash avait stipulé que les revirements avaient grandement ralenti le jeu de son équipe lors des deux premiers matchs à Montréal. Il semble qu'aucun de ses coéquipiers n'ait été en mesure de remédier à la situation.

Incapables de soutenir la pression du Tricolore, les Rangers ont commis 21 revirements.
«Nous avons éprouvé beaucoup de difficulté avec le contrôle de la rondelle, a reconnu Derek Stepan. Notre exécution était déficiente, mais ce n'est pas par manque d'effort. J'ai l'impression que nous voulions parfois trop en faire.»

Radulov termine le travail

Par ailleurs, Tomas Plekanec et Brendan Gallagher ont été à l'origine du jeu parfait menant au but d'Artturi Lehkonen. But inscrit alors que J.T. Miller se trouvait au cachot dans les derniers instants de la période médiane.

«Tu pratiques ce jeu de temps en temps, mais tu ne sais jamais quand il sera possible de l'exécuter pendant un match. Aussitôt que "Pleky" a rejoint "Gally" près de la ligne de but, je savais que la rondelle reviendrait sur mon bâton», a expliqué Lehkonen.

Le Canadien a de nouveau fait payer l'indiscipline des Rangers au tiers suivant. Shea Weber a doublé l'avance des siens pendant une double mineure à Mats Zuccarello.

«"Chucky" (Alex Galchenyuk) a fait tout le travail en attirant le gardien. Je n'ai eu qu'à pousser la rondelle dans le filet. (Alexander) Radulov a amorcé la séquence avec un superbe jeu en entrée de zone», a décrit Weber.

Radulov, grâce à un bel effort individuel, a cloué le cercueil des Rangers avec moins de cinq minutes à écouler à la rencontre.

Brady Skjei a privé Price d'un jeu blanc 89 secondes plus tard.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos