Jean-François Chaumont
Agence QMI

Le Canadien revient de l'arrière pour l'emporter

Canadien c. Devils - 27 février 2017

Voir en plein écran

Jean-François Chaumont

NEWARK - Le Canadien de Montréal a souvent montré ses deux visages depuis plusieurs semaines. Mais rarement le CH l'avait fait dans un même match. D'une équipe moribonde pendant 40 minutes, le Tricolore est redevenu une équipe menaçante et inspirée en troisième période et en prolongation pour finalement l'emporter 4-3 contre les Devils, lundi, au Prudential Center.

Les Devils avaient pourtant leurs rivaux dans les câbles avec une avance de 2-0 au début du troisième tiers et de 3-1 avec un peu plus de 12 minutes à jouer. Mais, les visiteurs n'ont jamais abandonné. Et les gros canons du Canadien ont rugi au bon moment.

Alexander Radulov a sonné le réveil en marquant le premier but des siens seulement onze secondes après le but de John Moore. Max Pacioretty a ensuite montré le chemin à suivre en inscrivant ses 30e et 31e buts de la saison. Le capitaine a créé l'égalité alors qu'il ne restait que 52 secondes au cadran. Il a surpris Cory Schneider d'un tir entre ses jambières.

Un drôle de match

En prolongation, Alex Galchenyuk a couronné cette belle remontée en déjouant Schneider d'un puissant tir dans le haut du filet pendant une punition au défenseur Damon Severson.

«C'était une immense victoire d'équipe, a dit Galchenyuk. Il y a plusieurs joueurs qui ont contribué. Nous n'avons jamais arrêté d'y croire. C'était un match un peu étrange. Nous n'avons pratiquement pas généré de chances de marquer pendant les deux premières périodes, mais nous avons rebondi avec trois buts en troisième.»

Deux périodes atroces

Pour cette visite au New Jersey, Claude Julien avait un objectif bien précis pour ses joueurs. Il voulait voir un effort constant pour une deuxième rencontre d'affilée. Le CH n'a pas joué un match parfait, loin de là, mais ses joueurs ont fait preuve d'une belle force de caractère et de résilience.

«Nous avons eu besoin de deux périodes pour nous réveiller, a mentionné Julien. J'ai aimé notre caractère. Nous aurions pu baisser les bras, mais nous avons refusé de le faire. Nos gros joueurs ont aussi fait le travail en marquant de gros buts. Ils ont réussi à nous transporter. Pour avoir une bonne équipe, tu dois miser sur tes gros noms.»

À l'instar de Pacioretty avec ses deux buts, Radulov a également joué un rôle de premier plan avec un but et trois passes. Il était partout sur la glace en fin de rencontre. Dans le vestiaire, le Russe a bien analysé cette rencontre.

«Pendant deux périodes, nous ne voulions même pas jouer, a dit Radulov. Nous devions nous réveiller. Et nous l'avons fait. Nous nous sommes battus jusqu'à la fin. Ça fait du bien de gagner deux matchs d'affilée.»

Le CH n'avait pas remporté deux victoires d'affilée depuis les trois gains sur la route les 3, 5 et 7 janvier à Nashville, Dallas et Toronto. On parle donc d'une période de 51 jours où l'équipe qui trône encore au sommet de la division Atlantique n'a pu coller deux victoires.

Montoya répond à l'appel

À son premier départ depuis le 11 février, Al Montoya a offert une très solide prestation avec 34 arrêts. L'Américain a gardé son équipe à plusieurs reprises dans le match avec de gros arrêts en troisième période.

«L'histoire de ce match est que nos meneurs ont réussi à se lever au bon moment, a humblement résumé Montoya. Je suis juste content de sortir d'ici avec la victoire.»
À partir de la deuxième période, Julien a utilisé une stratégie de Michel Therrien en brassant ses cartes dans ses trois derniers trios. Il a même utilisé Galchenyuk à l'aile gauche.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos