Jonathan Bernier
Agence QMI

Le Canadien comble ses partisans

Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 19-10-2016 | 05h24

MONTRÉAL - Une apparition de Jacques Demers, un blanchissage d'Al Montoya et le réveil du capitaine. Le Canadien ne pouvait pas organiser une soirée d'ouverture plus parfaite.

Peu intimidé par la présence des champions de la Coupe Stanley, le Tricolore a savouré sa rentrée montréalaise avec un gain de 4 à 0, mardi soir, au Centre Bell.

Certains diront que les Penguins étaient privés de Sidney Crosby. Et après? Le Canadien était bien privé de Carey Price. Ça s'équivaut.

D'ailleurs, Al Montoya a une fois de plus répondu à l'appel en repoussant 36 tirs.

Le gardien de 31 ans a du même coup enregistré le sixième blanchissage de sa carrière, un premier depuis le 31 décembre 2013, alors qu'il évoluait pour les Jets de Winnipeg.

Alerte et rapide avec ses jambières, il a su couvrir le bas de son filet avec aplomb, ce qui lui a permis d'être très efficace sur les tirs provenant de l'enclave.

«Je sais qu'ils adorent mettre des rondelles au filet. Ils misent sur plusieurs bons attaquants. Les gars ont fait du bon travail devant moi pour s'emparer des retours», a expliqué le gardien.

Avec Mike Condon dans les parages (il agissait à titre d'adjoint à Marc-André Fleury), l'Américain avait une motivation supplémentaire pour s'illustrer.

Finale émouvante

Mais en termes de présence motivante, aucune ne pouvait s'approcher de celle de Jacques Demers. À la toute fin de la cérémonie d'ouverture, l'ancien entraîneur-chef du Canadien, dont le fauteuil roulant était poussé par Michel Therrien, s'est présenté près de la patinoire pour remettre le flambeau au capitaine du Canadien.

Il s'agissait d'une première visite au Centre Bell pour Demers depuis l'AVC dont il a été victime au printemps. Touché par le moment, Pacioretty n'a pas mis de temps à transposer cette émotion sur la patinoire.

Il n'y avait que 23 secondes d'écoulées au match lorsque le gros attaquant a trompé la vigilance de Fleury à la suite d'une sortie hasardeuse de ce dernier.

Faire taire les mauvaises langues

Le capitaine, qui a déjà essuyé son lot de critiques depuis le début de la saison, a sans doute calmé quelques-uns de ses détracteurs.

Impliqué physiquement et émotivement tout au long de la rencontre, le numéro 67 s'est fait complice du premier but de la saison de David Desharnais, avec une spectaculaire passe du revers.

Desharnais et Andrew Shaw avaient fait tout un boulot en fond de territoire adverse pour préparer ce but.

«Le premier but est toujours plaisant à avoir, a déclaré Desharnais. C'est un bon début, mais ça va prendre encore quelques matchs avant que tout le monde soit sur la même page.»

Le Québécois a fait scintiller la lumière rouge à une deuxième occasion, en troisième période. Un autre qui en a donné pour leur argent aux mauvaises langues.

Sergachev au banc

Si la vitesse des deux équipes et l'espace disponible ont donné des ailes aux Alexander Radulov, auteur du troisième but du Canadien, Brendan Gallagher, Alex Galchenyuk et Paul Byron, elle a malheureusement exposé les carences de Mikhaïl Sergachev.

Les rapides patineurs des Penguins, incluant Phil Kessel, l'ont constamment mis sous pression.

À la défense de la recrue, il faut dire que ses ailiers se trouvaient parfois un peu trop loin lors des sorties de territoire.

D'ailleurs, Michel Therrien a limité son nombre de présences jusqu'à ce que sa troupe détienne une confortable avance de trois buts.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Premier match à domicile du Tricolore de la saison 2016

Voir en plein écran

Vidéos

Photos