Jean-François Chaumont
Agence QMI

«Mike Condon ne reçoit pas beaucoup d'aide» –Lars Eller

Match Rangers c. Canadien - 26 mars 2016

Voir en plein écran

Jean-François Chaumont

MONTRÉAL - Lars Eller a une grande qualité, celle de toujours dire la vérité quand il y a des micros sous son nez.

Après la rencontre, le numéro 81 n'a pas cherché à contourner la question quand un collègue lui a demandé s'il se sentait mal pour Mike Condon.

«Il se retrouve dans une position vraiment difficile, a noté Eller. Il ne reçoit pas beaucoup d'aide. Le blâme revient à chacun des coéquipiers.»

Condon a rangé son masque après la deuxième période. Les Rangers ont eu le temps de marquer cinq buts contre lui. Mais, il n'a pas distribué les cadeaux. Sur les cinq buts, les principales erreurs avaient eu lieu avant que la rondelle ne rentre dans le filet.

«Ce n'est pas de sa faute, a reconnu Michel Therrien en conférence de presse. Mais, la situation imposait un changement de gardien.»

Condon a accordé cinq buts sur 19 tirs. En relève, Ben Scrivens a bloqué les quatre petits tirs qu'il a reçus en troisième période. Les Blue Shirts ont choisi de ne pas appuyer sur l'accélérateur avec une confortable avance de trois buts lors de la dernière période.

Aucune constance

Eller a placé ce revers contre les Rangers sur le manque de constance.

«Il y a trop de montagnes russes durant nos matchs, a-t-il expliqué. Il y a de bonnes présences, mais de très mauvaises également. Pour battre une équipe comme les Rangers, il faut offrir un effort constant.»

Dans un autre coin du vestiaire, Phillip Danault a tenu un discours semblable à celui d'Eller.

«C'était une très bonne équipe de l'autre côté, mais il ne s'agit pas d'une excuse, a-t-il dit. Nous n'avons pas travaillé pendant 60 minutes. L'exécution n'était pas là, il faut être meilleur sur le plan défensif.»

Zéro en six

Pour une énième fois cette saison, le CH n'a rien fait de bon en supériorité numérique. Malgré six occasions, le Canadien n'est jamais passé proche de déjouer Antti Raanta.

«On n'a pas été bons en supériorité numérique, a simplement répondu le centre David Desharnais. Les Rangers ont été meilleurs que nous ce soir avec deux buts. On n'a pas été dans le coup. Quand c'était le temps d'avoir un regain d'énergie de notre jeu en supériorité numérique, on n'a rien fait.»

Il y a une statistique des plus révélatrices. À ses huit derniers matchs, sois depuis la perte de P.K. Subban, le CH n'a marqué qu'un seul but en 21 occasions en supériorité numérique pour un minable 4,8 %.

Blessé au bas du corps, Lucas Lessio n'a pas affronté les Rangers. Jacob de la Rose l'a accompagné sur la passerelle de presse.

Absent pour les trois dernières rencontres, Sven Andrighetto a effectué son retour au jeu.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos