Jean-François Chaumont
Agence QMI

La petite histoire de Joel Hanley

La petite histoire de Joel Hanley

Joel Hanley.Photo Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Jean-François Chaumont

BROSSARD - Il y a toujours des récits improbables. Joel Hanley appartient à cette catégorie. Jamais repêché dans la Ligue nationale de hockey (LNH), il y a fait ses premiers pas dans l'uniforme du Canadien de Montréal à l'âge de 24 ans après des détours dans des villes comme Amherst, au Massachusetts, Gwinnett, en Géorgie, Portland, dans le Maine, et St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador.

«C'est le rêve de tous les jeunes joueurs de hockey de se faire repêcher, mais quand ça n'arrive pas, tu dois emprunter un chemin différent, a dit Hanley en entrevue au "Journal de Montréal". Je sais que je viens de loin.»

«Si vous voulez une preuve de plus, c'est que j'étais un choix de neuvième tour [180e au total] par les Knights de London en 2007. Je n'ai finalement jamais joué dans la Ligue junior de l'Ontario. J'étais un petit défenseur et je croyais que c'était mieux pour moi de partir au collège. Je ne regrette pas ma décision.»

À peine deux ans après sa sortie de UMass-Amherst, Hanley a gagné son pari. Le 20 mars dernier, l'Ontarien est sorti de l'anonymat en obtenant un premier rappel avec le CH. Signe d'une équipe décimée par les blessures, Pierre Gervais a fait le lettrage pour un 13e défenseur différent cette saison à Montréal.

«Au départ, je n'y croyais pas trop, même si j'avais toujours rêvé à ce moment, a-t-il répondu. C'était assez fou quand j'ai appris que je partais pour Montréal. Après l'annonce de mon rappel pour le Canadien, j'ai pris une grande respiration pour retrouver mes sens. J'ai téléphoné à mes parents et plusieurs amis.»

«C'était vraiment spécial pour moi, surtout que ma famille avait fait le trajet pour Montréal à mon premier match contre les Flames de Calgary, a-t-il poursuivi. Je ne peux pas trouver les bons mots pour décrire ce que je ressentais.»

Quatre points en trois matchs

Après trois matchs dans la LNH, Hanley a déjà quatre aides à son dossier. Il a connu deux rencontres d'affilée de deux points face aux Ducks d'Anaheim et aux Red Wings de Detroit.

Le collègue Arpon Basu, du site LNH.com, a relevé une statistique des plus loufoques peu de temps après la rencontre à Detroit. Avec une moyenne de 1,33 point par rencontre, Hanley trône au sommet de la ligue devant Patrick Kane (1,24), Jamie Benn (1,09), Connor McDavid (1,08) et Sidney Crosby (1,06).

«C'est drôle puisque j'ai reçu des photos par texto de cette statistique de mes amis la nuit dernière, a-t-il répliqué avec un grand sourire. Je dois rapidement rappeler que j'ai joué seulement trois matchs. Ça tient plus de la chance. C'est "cool", mais la symbolique n'est pas trop grande. Je ne menacerai pas Patrick Kane ou Sidney Crosby!»

Hanley parle avec l'enthousiasme d'un jeune joueur.

«C'est encore étrange de me retrouver sur la glace contre les meilleurs joueurs de la LNH, a-t-il dit. Je suis un partisan de hockey et il n'y a pas si longtemps je regardais des vidéos sur YouTube d'un gars comme Pavel Datsyuk. Jeudi, je jouais contre lui. Il n'y a pas de doute qu'il s'agit d'une belle expérience.»

Au Joe Louis Arena, Hanley a également vécu une expérience moins réjouissante en se retrouvant sur la glace pour les deux buts des Wings en seulement 12 secondes en deuxième période.

Malgré tout, Michel Therrien n'a pas perdu confiance en son duo des IceCaps de St. John's, Hanley et Darren Dietz, en continuant de les utiliser pour le reste de la rencontre.

Même pas un espoir

Le 1er juillet, Hanley a paraphé un contrat d'un an à deux volets avec le CH. Au dernier camp, il avait joué un match préparatoire avant de logiquement faire des valises pour St. John's.

À la veille du match contre les Rangers, Therrien n'a pas eu peur de dire que le numéro 71 était très loin sur sa liste de candidats pour un poste à la ligne bleue.

«C'est un petit gars qui recevait une opportunité au camp et on savait où il s'en allait, a-t-il mentionné. Comme "coach" dans la LNH, je ne portais pas trop attention à ce type de joueur. Il n'était même pas considéré comme un espoir en début de saison.»

«Mais depuis son rappel avec le Canadien, il démontre de bonnes choses, a-t-il continué. Il est très intelligent dans son jeu et il reste calme. Il ne se débarrasse pas de la rondelle pour rien, il fait de bonnes passes et il dirige des tirs vers le filet. Pour un jeune qui en est à ses premiers pas dans la LNH, il fait bien ça. Quand tu regardes son parcours, tu remarques qu'il vient de loin.»

En bref

Avec les Minutemen de UMass-Amherst, Hanley a joué en compagnie de Frank Vatrano, des Bruins de Boston, et Conor Sheary, des Penguins de Pittsburgh.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos