Jean-François Chaumont
Agence QMI

David Desharnais devra lutter pour son poste

Jean-François Chaumont

BROSSARD - David Desharnais n'a pas besoin d'un dessin ou d'un discours interminable. Il connaît sa réalité et il sait calculer. Avec Alex Galchenyuk de retour au centre, l'acquisition de Phillip Danault et le rappel de Michael McCarron, il y a maintenant plus de congestion à sa position naturelle.

Absent depuis le 15 février en raison d'une fracture à un pied, Desharnais risque de renouer avec l'action lors de la visite du Canadien de Montréal au vieux Joe Louis Arena de Detroit, jeudi soir, après une absence de 17 rencontres.

À son retour au jeu, le petit attaquant bataillera pour regagner son poste. À l'image de plusieurs jeunes loups de l'organisation, il se retrouvera dans une sorte d'audition pour reprendre un mot populaire en cette fin de campagne.

Questionné à savoir s'il aura plusieurs choses à prouver, le numéro 51 n'a pas nié cette information en apportant toutefois un bémol.

«Beaucoup de choses à prouver, (...) on s'entend, a répondu Desharnais. Mais, c'est la nature du hockey, il y a toujours des jeunes qui poussent. À mon arrivée, je poussais dans le dos de certains vétérans. Ça va possiblement m'arriver un jour. Je suis juste content de revenir au jeu bientôt. Peu importe la position et le rôle qu'ils me donneront, je l'accepterai. Je ferai du mieux que je peux pour aider l'équipe.»

«Ce n'était pas une saison facile pour personne, a-t-il poursuivi. Je veux revenir et comme je le disais, aider l'équipe à gagner. C'est tout ce que j'ai en tête.»

Neuf points en 35 matchs

Tout juste avant le départ de l'équipe pour Detroit, Michel Therrien a répondu à la même question, à savoir si son vétéran vivrait une audition semblable à celle des plus jeunes.

«Pour tout le monde, la fin de saison est très importante», a répliqué laconiquement l'entraîneur-chef.

Avant de tomber au combat contre les Coyotes de l'Arizona à Glendale, Desharnais traversait une période sombre avec seulement neuf points (deux buts, sept aides) et un différentiel de -13 à ses 35 derniers matchs.

Centre ou ailier, peu importe

Desharnais n'a pas encore reçu officiellement la bénédiction des médecins de l'équipe ou de Therrien pour un retour. Toutefois, ça ne devrait pas tarder.

«Je suis un joueur de hockey et je veux jouer au hockey, a souligné le joueur originaire de Laurier-Station, près de Québec. Je souhaite aider l'équipe jusqu'à la fin de la saison. Il reste juste huit matchs. C'était agréable de revenir à l'entraînement avec les gars ce matin (mardi).»

À l'entraînement, Desharnais remplaçait Max Pacioretty, en congé pour subir des traitements, à l'aile gauche aux côtés d'Alex Galchenyuk et de Paul Byron. Comme Pacioretty a fait le voyage en direction du Michigan, il ne devrait pas jouer à cette position.

Desharnais ignorait son sort pour son retour.

«Avant l'an dernier, je n'avais jamais joué à l'aile, a-t-il rappelé. J'ai été capable de le faire. Ce n'est pas la fin du monde si je me retrouve à l'aile. Ça reste du hockey. Ma position est au centre, mais j'accepterai le rôle qu'on me confiera.»

Au départ, le CH avait parlé d'une absence de trois semaines pour son petit joueur. Il a finalement eu besoin de deux semaines de plus avant de guérir complètement.

En 57 matchs, Desharnais a obtenu 26 points, dont neuf buts, et présente un différentiel de -6. Il écoulera l'an prochain la dernière année d'un contrat de quatre ans lui rapportant 3,5 millions $.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos