Jean-François Chaumont
Agence QMI

Les mauvaises chaises selon Therrien

Jean-François Chaumont

MONTRÉAL - Michel Therrien a recyclé après le match face aux Flames de Calgary dimanche soir une expression d'Alain Vigneault en sortant le concept des joueurs placés sur la mauvaise chaise.

D'un calme assez étonnant après un revers de 4-1 contre l'équipe de son bon ami, Bob Hartley, Therrien a regardé en direction de l'infirmerie pour justifier la performance des siens.

Jamais, l'entraîneur-chef n'a voulu blâmer ses rares vétérans au sein de la formation. Max Pacioretty et Alex Galchenyuk ont terminé la rencontre avec des dossiers de -2. En comptant le match de samedi face aux Sénateurs à Ottawa, les deux meilleurs attaquants du Canadien de Montréal ont présenté une fiche de -6 durant le week-end.

Tomas Plekanec, quant à lui, n'a pas marqué dans un 18e match d'affilée. À la ligne bleue, Andreï Markov a fait son possible en jouant un nombre considérable de minutes, soit plus de 27.

«Il faut faire attention, a répliqué Therrien lorsque questionné sur le jeu des vétérans. Quand il manque 11 joueurs, pratiquement tous les joueurs ne sont pas sur la bonne chaise. Lorsque tu es sur ta chaise, c'est déjà dur de gagner quand tout le monde est là. Avec 11 éléments absents, ça rend les choses beaucoup plus difficiles.»

Therrien connaissait par cœur la statistique. Il y a bel et bien 11 blessés. Voici la liste des noms: Carey Price, P.K. Subban, Brendan Gallagher, Jeff Petry, Tom Gilbert, David Desharnais, Sven Andrighetto, Daniel Carr, Brian Flynn, Mark Barberio et Victor Bartley.

L'effort y était

Au lendemain d'une humiliante défaite de 5-0 à Ottawa, le CH avait une occasion de montrer son caractère, malgré une infirmerie débordante, en rebondissant avec un meilleur match. Cependant, ce ne fut pas le cas.

Encore une fois, Therrien n'a pas mordu à l'hameçon quand on lui a rappelé cette réalité. Il ne s'est pas dit déçu de l'effort.

«Non, les gars ont travaillé, a-t-il souligné. Ils ont donné ce qu'ils avaient à donner.»

La relance

Pour expliquer la faible attaque de son équipe, avec un seul but en deux rencontres, Therrien a placé la faute sur la relance.

«Pour créer de l'attaque, tu as besoin d'une bonne transition. Notre transition, dans les circonstances, fait défaut. Ce sont souvent des jeux brisés. On a beaucoup de difficulté à attaquer la zone neutre avec vitesse, on est souvent arrêté. Notre jeu de transition souffre beaucoup en ce moment.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Match Flames c. Canadien - 20 mars 2016

Voir en plein écran

Vidéos

Photos