Jean-François Chaumont
Agence QMI

Mark Barberio, une audition payante

Mark Barberio, une audition payante

Mark Barberio.Photo Eric Bolte / USA Today / Reuters / Archives

Jean-François Chaumont

MONTRÉAL - À la fin du camp, Mark Barberio se retrouvait au neuvième rang dans la hiérarchie des défenseurs du Canadien. Il n'y avait pas de place pour lui à Montréal.

Cinq mois plus tard, Barberio représente l'une des rares histoires à la Cendrillon de cette misérable saison du CH. Avant de subir une blessure mineure contre les Sabres, mercredi à Buffalo, le Montréalais servait de partenaire à Andreï Markov au sein du premier duo à la ligne bleue de l'équipe.

Depuis la blessure au cou à P.K. Subban du 10 mars face aux Sabres au Centre Bell, Barberio a joué 25 min 22 s contre le Wild du Minnesota et 21:12 contre les Panthers de la Floride.

Avant cette promotion à la droite du ténébreux Markov, le Québécois n'avait jamais dépassé le cap des 20 minutes depuis son rappel des IceCaps de St. John's, le 27 décembre.

«C'est une chance de me prouver, a raconté Barberio au Journal de Montréal avant la rencontre face aux Panthers, jeudi. C'est aussi une chance de montrer que je peux jouer un plus grand rôle et que je peux maintenir une bonne cadence en obtenant plus de minutes. C'est de cette façon que je vois l'opportunité.»

Montréal, comme priorité

Si plusieurs joueurs du Tricolore passent des auditions d'ici les 11 derniers matchs de la saison, Barberio appartient déjà à la catégorie des gagnants. Depuis son rappel avec le grand club, le défenseur de 25 ans a montré qu'il a le talent et l'expérience pour s'enraciner dans la Ligue nationale de hockey. Et, il veut le faire à Montréal.

«Oui, je m'imagine encore avec le Canadien l'an prochain, a répondu Barberio. J'ai signé un contrat au mois de juillet dernier et je réalisais en quelque sorte un rêve. Je viens d'ici, c'est ma ville et mon équipe depuis ma jeunesse. J'ai maintenant la chance de jouer pour le CH depuis Noël et j'aimerais y rester le plus longtemps possible.»

Paul Hamel, l'agent de Barberio, n'a toujours pas cogné à la porte du directeur général Marc Bergevin pour négocier son prochain contrat.

«Nous avons convenu de nous parler uniquement à la fin de la saison, a expliqué Hamel au Journal de Montréal. C'est indéniable qu'il souhaite poursuivre sa carrière à Montréal. Cet été, Mark avait des offres de quelques équipes sur la table, mais dès que le Canadien s'est manifesté, il avait fait son choix.»

Sans viser la lune sur le plan salarial, Barberio aura les arguments pour réclamer une entente à un seul volet. Quand viendra le temps de discuter avec son DG, le numéro 45 pourrait se servir de cette remarque de son capitaine.

«Quand nous lui avons offert un contrat cet été, je ne pouvais pas croire qu'il avait reçu une entente à deux volets, a affirmé Max Pacioretty. Je le connaissais assez bien puisque je le voyais assez souvent contre le Lightning [de Tampa Bay]. J'ai toujours trouvé qu'il était un bon patineur et un défenseur calme avec la rondelle. Mark peut remplir plusieurs rôles au sein de notre équipe. C'était un bon coup de la part de Berg [Bergevin].»

Une récompense

Le 7 octobre, Barberio a fait ses valises pour les IceCaps de St. John's. À la fin du camp, Bergevin lui avait préféré Jarred Tinordi pour le poste de huitième arrière même si celui-ci n'avait pas connu d'aussi bons matchs préparatoires.

En retournant dans la Ligue américaine, l'ancien du Lightning n'a pas fait de vague. Il a avalé sa pilule sans dire un mot. Il a plus parlé sur la glace avec 20 points (2 buts, 18 aides) en 26 rencontres avec les IceCaps.

«À la fin du camp, Marc m'a dit qu'il courait une chance en plaçant mon nom au ballottage, a rappelé Barberio. Il espérait qu'aucune équipe ne me réclame, il voulait me garder au sein de l'organisation. Il m'avait dit avant mon départ pour St. John's que s'il avait une occasion de me rappeler, il n'hésiterait pas à le faire. Il a été honnête avec moi.»

«Il avait connu un très bon camp et ses performances n'étaient pas passées inaperçues, a renchéri Pacioretty. Parfois, c'est une question de chiffre, il se retrouvait coincé derrière d'autres défenseurs. Il reçoit maintenant sa récompense en fin de saison.»

Pour l'an prochain, le CH a six défenseurs avec des contrats: Subban, Markov, Jeff Petry, Nathan Beaulieu, Alexeï Emelin et Greg Pateryn. Il devrait donc y avoir de la place pour Barberio. Dans un poste de sixième ou septième défenseur, il coûtera assurément moins cher que les 2,8 millions $ de Tom Gilbert cet hiver.

En 30 duels avec le Canadien, Barberio a récolté 10 points (2 buts, 8 aides) et il présente un différentiel de 0.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos