Jonathan Bernier
Agence QMI

Soirée spéciale pour Mark Barberio

Match Wild c. Canadien - 12 mars 2016

Voir en plein écran

Jonathan Bernier

MONTRÉAL - L'effet domino créé par les nombreuses blessures à la ligne bleue du Canadien de Montréal a grandement profité à Mark Barberio.

Utilisé à la droite d'Andreï Markov, le défenseur de Kirkland a passé plus de 25 minutes sur la patinoire et a récolté la troisième étoile, samedi soir, face au Wild du Minnesota.

«C'était spécial de voir mon nom à côté de celui de Markov, ce matin [samedi], sur le tableau. Quand j'étais jeune et que je regardais le Canadien, Andreï était mon joueur préféré.»

L'une de ses poussées en zone offensive lui a permis d'inscrire son deuxième but de la saison.

«J'avais beaucoup de vitesse en zone neutre, alors j'ai essayé de faire un jeu à la ligne bleue avec Sven [Andrighetto]. Il a bien fait en s'assurant de mettre la rondelle sur le filet. Je n'ai eu qu'à m'emparer du retour», a décrit l'arrière de 25 ans.

Une chance à saisir

S'il arrive souvent qu'un joueur utilisé à une fréquence plus élevée que d'habitude finisse par commettre des erreurs, ce ne fut pas le cas de Barberio.

Employé tant à forces égales qu'en infériorité numérique et au sein de l'attaque massive, il s'est montré très solide tout au long de la rencontre.

«Pour moi, c'était une occasion de démontrer à l'organisation que je peux prendre plus de responsabilités, a-t-il souligné. Cependant, ça ne se gagne pas en un seul match. Si on me donne une autre chance comme celle-là, je devrai leur prouver que je peux être constant.»

Une bête erreur

Envoyé dans la mêlée pour un 48e match cette saison, Mike Condon a subi un 20e revers en temps réglementaire.

Disons que sa soirée a plutôt mal commencé. Le diplômé de l'Université Princeton a offert le premier filet de la soirée sur un plateau d'argent à Nino Niederreiter.

«J'ai voulu remettre la rondelle à Rosy [Jacob de la Rose]. Je l'ai raté un peu. En plus, je n'avais pas vu Niederreiter s'amener. Une erreur comme celle-là coûte souvent un but», a-t-il reconnu.

Cela dit, une seule erreur ne coûte pas une victoire lorsqu'elle survient à mi-chemin de la première période.

À l'instar de Max Pacioretty, Greg Pateryn a soutenu que ses coéquipiers et lui avaient peut-être erré dans certaines sphères du jeu.

«Notre exécution n'était pas du tout au point. On a donné au Wild beaucoup trop de temps et d'espace pour manœuvrer. Nous ne sommes pas parvenus à faire avorter des jeux lorsqu'il le fallait», a expliqué le défenseur.

Une nouvelle étape

Pour son baptême dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Darren Dietz a passé 13 min 01 s sur la surface de jeu.

Même s'il a semblé chercher ses repères à quelques occasions, ce qui est tout à fait normal, l'Albertain s'est, somme toute, bien tiré d'affaire.

«J'étais un peu nerveux. Je me suis efforcé de jouer selon mes forces et mes capacités. J'ai voulu garder les choses simples et jouer de façon robuste», a lancé le défenseur, qui a terminé la soirée avec quatre mises en échec.

Malgré cette bonne première impression, Dietz est conscient qu'il retournera dans la Ligue américaine incessamment. Mais il n'en fait pas trop de cas.

«Je suis en progression. Je veux continuer à m'améliorer et à prouver que je suis capable de franchir les étapes qui me permettront de devenir un joueur de la LNH.»

Le Canadien disputera son prochain match mardi. Il recevra la visite des Panthers de la Floride.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos