Jonathan Bernier
Agence QMI

Fin d'un pénible voyage

Match Canadien c. Jets - 5 mars 2016

Voir en plein écran

Jonathan Bernier

WINNIPEG - À son premier match au centre depuis la mi-janvier, Alex Galchenyuk a répondu à l'appel. Cependant, c'est un autre jeune joueur de centre qui a eu le dernier mot dans la victoire de 4 à 2 des Jets de Winnipeg face aux Canadiens de Montréal, samedi.

Avec trois buts, dont celui de la victoire et celui d'assurance, Mark Scheifele s'est démarqué dans la victoire des siens.

Un rare gain à domicile pour les représentants de la capitale manitobaine, qui n'avaient remporté qu'un seul de leurs 12 derniers matchs au MTS Centre.

Il faut dire que le Canadien a été atroce cette saison sur les patinoires des équipes de l'Association de l'Ouest. Sa seule victoire au domicile de l'une de ces 14 formations a été acquise à Calgary, au mois d'octobre.

D'ailleurs, on prévoyait un long et pénible voyage de quatre rencontres pour le Canadien et on ne s'était pas trompé.

La troupe de Michel Therrien est revenue à Montréal avec seulement un point de plus au classement.

On pourrait penser qu'un retour à la maison fera du bien, mais la visite des Stars de Dallas, mardi, ne laisse présager rien de bon.

Gallagher à l'infirmerie

En matinée, Michel Therrien a réalisé le souhait de bien des partisans en annonçant que Galchenyuk patrouillerait le premier trio entre Max Pacioretty et Brendan Gallagher.

Malheureusement, une blessure au bas du corps subie par Gallagher au cours du premier vingt, en raison d'un grand écart inattendu, a coupé court à cette expérience.

Celle-ci n'a donc duré que le temps de sept présences ou, si vous préférez, 4 min 52 s.
Toutefois, le départ de Gallagher, remplacé par Sven Andrighetto, n'a pas empêché Pacioretty et Galchenyuk de se découvrir certaines affinités.

Menace constante autour du filet d'Ondrej Pavelec, cette unité a frappé à la porte à plusieurs occasions.

Galchenyuk en a profité pour connaître un troisième match de deux buts à ses six dernières sorties.

Période d'apprentissage

Sur le premier, il a accepté une brillante passe de Pacioretty, alors que, sur le second, il a habilement fait dévier le tir de Greg Pateryn.

«C'était un superbe jeu [celui de Pacioretty]. J'ai demandé la rondelle et il m'a fait une passe parfaite», a décrit Galchenyuk, qui était allé dans l'enclave.

En faisant scintiller la lumière rouge deux fois, l'Américain de 22 ans a porté son total à 21 buts, un sommet personnel.

Ce fut plus difficile en territoire défensif. L'Américain paraissait perdu et semblait parfois ignorer quelle tâche il devait accomplir.

Mais dans une saison où l'espoir de participer aux séries éliminatoires est pratiquement nul, c'est le moment d'apprendre. Avec 15 matchs à disputer au calendrier régulier, le résultat n'a plus d'importance.

Situation frustrante

Galchenyuk n'est pas le seul à avoir touché la cible à l'aide d'une déviation. Andrew Copp et Scheifele (sur son deuxième) ont fait de même.

Deux buts contre lesquels Mike Condon, maintenant défait à ses trois dernières sorties, ne pouvait rien faire.

«C'est un peu frustrant d'être victime de deux buts comme ceux-là, a reconnu Condon. Ils ont fait du bon travail en plaçant de la circulation devant le filet et en parvenant à toucher aux rondelles.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos