Agence QMI

Le Canadien complètement dominé...

SAN JOSE - L'entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Michel Therrien, a fait une analyse simple mais très réaliste de ce revers de 6-2 contre les Sharks de San Jose au SAP Center, lundi.

«Les Sharks étaient de loin supérieurs», a-t-il mentionné.

Assez calme dans les circonstances, Therrien n'a pas caché que le trio de Joe Thornton, Joe Pavelski et Tomas Hertl lui avait procuré des maux de tête.

«Notre brigade défensive a éprouvé des ennuis toute la soirée, mais surtout contre ce trio (Thornton, Pavelski, Hertl), a-t-il dit. C'était difficile.»

Quelques minutes après l'heure de tombée pour les transactions dans la Ligue nationale de hockey, le directeur général Marc Bergevin a rappelé qu'il utiliserait les derniers matchs de la saison pour mieux évaluer ses effectifs. Il a aussi dit qu'il profiterait des dernières semaines pour réaliser des expériences.

À l'attaque, Jacob de la Rose a connu une partie pénible à l'aile gauche. Le Suédois a terminé la rencontre avec un dossier de -4. En deuxième période, Therrien l'a muté au sein du quatrième trio, le remplaçant par Torrey Mitchell aux côtés de Phillip Danault et de Paul Byron.

«C'était un match difficile pour Jacob, mais il n'était pas le seul, a répondu Therrien. Certains de nos jeunes joueurs ont eu une soirée plus pénible.»

Un effondrement

Dans le vestiaire de l'équipe adverse à San Jose, Lars Eller a parlé avec sa franchise habituelle.

«Nous avions un assez bon match après 40 minutes, mais nous nous sommes effondrés en troisième période, a raconté le Danois. Nous ne pouvons utiliser le voyage et la date limite des transactions comme excuses. Les Sharks ont joué dimanche à Vancouver et ils avaient plus d'énergie que nous en fin de rencontre.»

Brendan Gallagher, quant à lui, était déçu du niveau d'intensité des siens.

«On ne peut être satisfait de l'effort que nous avons déployé ce soir (lundi), a souligné le numéro 11. Nous leur avons donné beaucoup trop de temps et d'espace. Les bons joueurs tirent toujours avantage de ce genre de situation. Notre niveau de compétition et de combativité était loin d'être assez élevé.»

Aucune aide pour Condon

Utilisé en compagnie de Victor Bartley, le défenseur Mark Barberio a déjà connu des jours plus heureux.

«Contre une équipe aussi complète, l'effort doit être à son maximum, a-t-il précisé. Il faut respecter le système à la lettre pour éviter les défaillances. Ce soir, il y avait trop d'erreurs. Une équipe comme les Sharks te fait payer la moindre erreur.»

«Ils ont été meilleurs à tout point de vue, a-t-il continué. On n'a pas aidé (Mike) Condon. On a eu seulement une vingtaine de tirs. Ce n'est pas suffisant.»

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Match Canadien c. Sharks - 29 février 2016

Voir en plein écran

Vidéos

Photos