Agence QMI

Dale Weise s'attend à partir

Dale Weise s'attend à partir

Dale Weise.Photo Martin Chevalier / Agence QMI

MONTRÉAL - Avec la date limite des transactions qui approche, les moindres gestes sortant quelque peu de l'ordinaire sont considérés comme des indices annonçant l'une d'elles.

En ratant la période d'échauffement de la rencontre de lundi soir face aux Predators de Nashville, l'attaquant du Canadien Dale Weise en a eu un bel exemple.

Étant l'un des joueurs les plus susceptibles de quitter Montréal au cours des prochains jours, le Manitobain a dû déclarer forfait au dernier instant à cause d'un virus.

Entre le moment où son absence fut notée et celui où le Tricolore en a annoncé la raison, on a eu droit à une mini-tempête sur les réseaux sociaux.

«Oui, je le sais. Mon téléphone cellulaire a pratiquement explosé, a raconté Weise, suffisamment remis de son malaise pour retrouver son poste à Washington. Je crois que je n'avais jamais reçu autant d'appels ou de messages texte pour savoir ce qui se passait. C'était assez drôle. J'étais juste malade.»

Cela dit, l'athlète de 27 ans est au fait qu'il risque fort de déménager au cours des prochaines heures.

«Je ne sais pas si les prochains jours seront plus stressants. J'entends des rumeurs depuis déjà quelques semaines. Je mentirais si je disais que je n'avais pas pensé à ce scénario [transaction]. Mais, je n'ai aucun contrôle là-dessus.»

Un joueur de séries éliminatoires

À son deuxième hiver complet dans la métropole québécoise, il est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière.

Et le rôle qu'il a joué en séries éliminatoires au cours des deux derniers printemps est connu de tous les directeurs généraux du circuit Bettman.

Parmi les cinq buts qu'il a inscrits au cours des deux derniers tournois printaniers, trois ont procuré la victoire au Canadien. À travers la Ligue nationale, le mot s'est passé à savoir qu'il est un joueur dont le niveau de jeu augmente en séries. Pour une équipe à la recherche de profondeur ou du dernier morceau de casse-tête manquant, Weise pourrait être le bon candidat.

«Tu peux le voir de deux façons. Quand il y a de l'intérêt pour toi, ça signifie qu'il y a une chance que tu sois échangé. Tu ne veux pas toujours entendre cela, mais c'est flatteur de savoir que d'autres équipes te regardent.»

Pas de place sous le plafond

C'est sans compter que son contrat vient à échéance le 1er juillet. Pour toutes les raisons mentionnées plus haut, Weise n'aura jamais une autre occasion si belle d'assurer l'avenir de sa famille. Et puisque le Canadien est tout près du plafond salarial, Bergevin n'aura pas de place pour une augmentation de salaire substantielle.

«J'ai toujours porté ce chandail avec beaucoup de fierté. J'aimerais poursuivre ma carrière à Montréal. Je connais toutefois ma réalité, je n'ai pas parlé avec l'équipe pour un nouveau contrat», a-t-il conclu.

- Avec la collaboration de Jean-François Chaumont

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos