Jonathan Bernier
Agence QMI

Therrien met le blâme sur Subban

Jonathan Bernier

DENVER - Ceux qui réclament la tête de P.K. Subban depuis quelques jours à Montréal ont maintenant encore un peu plus de matériel pour déverser leur fiel sur le défenseur du Canadien.

Au terme de l'amère défaite de 3-2 subie mercredi contre l'Avalanche du Colorado, l'entraîneur-chef Michel Therrien et l'attaquant Lars Eller ont directement montré du doigt l'Ontarien, qu'ils ont ni plus ni moins accusé d'avoir bousillé les efforts du club.

«L'équipe a travaillé très fort et méritait un meilleur sort. On a joué en équipe. C'est une erreur, à la suite d'un jeu individualiste, qui nous a coûté le match», a lancé Therrien dans les corridors du Pepsi Center de Denver.

«C'est un échec difficile à avaler. On y a mis l'effort et l'intensité, mais nous avons payé pour une erreur», a indiqué Eller à propos de la même séquence.

Les explications de Subban

Il ne restait qu'un peu plus de deux minutes à la troisième période lorsque Subban, en possession de la rondelle à la ligne bleue de l'Avalanche, a tenté de déjouer Mikhail Grigorenko. Sa chute a permis une contre-attaque en surnombre, menant au but gagnant de Jarome Iginla.

«Quand les choses ne vont pas bien, tu essaies de créer des choses. C'est ma façon de penser dans une situation comme celle-ci. J'ai pris la même décision que j'aurais prise à n'importe quelle occasion. C'est juste que, cette fois, j'ai perdu pied», a mentionné Subban.

Ces explications n'ont pas réellement convaincu Therrien.

«Un joueur ne doit pas se mettre dans ce genre de position. Un entraîneur souhaite que ses joueurs prennent leurs décisions en fonction des pourcentages (de réussite). Ce n'était définitivement pas le cas là-dessus.»

Pourtant, Subban assure que Grigorenko ne représentait pas un danger pour lui.

«Habituellement, lorsque je sens la présence insistante d'un joueur, j'envoie la rondelle dans le fond du territoire. Sur ce jeu, j'ai simplement perdu pied», a-t-il répété.

Un arrêt pour les gars

Au bout du compte, c'est Ben Scrivens qui fut la dernière victime de cette séquence. Une belle pièce de jeu orchestrée par Matt Duchene et Grigorenko, et conclue par Iginla.

«Oui, c'était un beau jeu. Mais, en même temps, j'aurais peut-être pu réagir de façon différente à un moment où un gros arrêt aurait été si important pour l'équipe. J'aurais aimé faire cet arrêt pour les gars», a déclaré Scrivens, qui présente maintenant un dossier de 3-5-0 avec le Canadien.

En plus de David Desharnais blessé, Tomas Fleischmann et Mark Barberio ont regardé la rencontre sur la galerie de presse.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Match Canadien c. Avalanche - 17 février 2016

Voir en plein écran

Vidéos

Photos