Jonathan Bernier
Agence QMI

Et si Galchenyuk jouait à droite?

Match Canadien c. Coyotes - 15 février 2016

Voir en plein écran

Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 16-02-2016 | 23h34

DENVER - Malgré l'absence de David Desharnais, Michel Therrien ne juge toujours pas bon de ramener Alex Galchenyuk au centre.

On ne fera pas de cachette. Avec la situation dans laquelle son équipe se trouve, l'entraîneur du Canadien devrait peut-être commencer à regarder vers l'avenir. Avec le Tricolore sur le respirateur artificiel, l'occasion serait belle de permettre à l'attaquant de 22 ans de profiter des 25 derniers matchs de la saison pour acquérir de l'expérience à sa position naturelle.

«Alex va bien dernièrement. Je veux d'abord qu'il se concentre à jouer du bon hockey», a déclaré Therrien en ajoutant préférer voir où en est rendu le développement de Jacob De La Rose.

Tant qu'à faire jouer Galchenyuk à l'aile, pourquoi ne pas tenter l'expérience sur le flanc droit ? Les buts qu'il a inscrits en supériorité numérique, cette saison, ont pratiquement tous été marqués de ce côté de la patinoire.

«J'aime la façon dont il joue avec (Brendan) Gallagher. Alors, si je décide de le mettre à droite, ça veut dire qu'il faut que je change Gallagher de place», a répondu l'entraîneur du Canadien.

Un bon exemple au Colorado

Utiliser un attaquant hors l'aile, c'est une stratégie que Patrick Roy a employée dans l'espoir de relancer Matt Duchene qui, dans le premier mois de la saison, n'allait nulle part.

Et la réponse fut exceptionnelle. Au cours de ses 13 premiers matchs (au centre), Duchene n'a récolté que quatre buts et ajouté deux mentions d'assistance. Lors des 46 suivants (à l'aile droite), il a explosé pour 21 buts et 17 passes.

«On voulait qu'il puisse prendre plus de lancers au filet. On souhaitait également lui donner plus d'espace offensivement, a expliqué Patrick Roy. En novembre, il a connu tellement de succès qu'il a terminé au deuxième rang du scrutin pour les joueurs du mois dans la ligue.»

Et le voilà maintenant qui se dirige vers la meilleure saison de sa carrière. Ses 25 buts le placent à cinq de son sommet personnel. Il se trouve également à 15 points de sa meilleure production à vie.

De nombreuses options

Après trois mois et demi à la droite de Nathan MacKinnon et de Gabriel Landeskog, Duchene a retrouvé sa position de centre lors du dernier match. Mais il est persuadé qu'il finira tôt ou tard par retourner à l'aile droite.

«J'ai adoré mon expérience. Jouer du côté opposé donne beaucoup plus d'options. Je peux entrer en territoire adverse avec beaucoup plus de force. Je peux patiner en direction du filet en tenant mon bâton d'une main et en gardant l'adversaire à distance de l'autre. Ça me permet d'aller plus vite. Sur ton bon côté, tu as la rondelle trop près du bâton de l'adversaire. C'est moins efficace», a expliqué le meilleur pointeur de l'Avalanche.

Comme le Tsar Ovechkin

Et que dire de l'angle du filet qui est beaucoup plus prononcé lorsque l'attaquant coupe vers le milieu du territoire ?

«J'ai marqué beaucoup de buts cette saison en arrivant de ce côté. Des buts qui auraient été impossibles en entrant à gauche. Tu peux dégainer rapidement et l'option de faire une passe demeure tout de même ouverte», a ajouté l'attaquant de 25 ans.

La LNH compte sur un autre bon exemple d'attaquant préférant évoluer hors l'aile.

«Un gars comme Ovechkin marque la majorité de ses buts sur le côté gauche», a rappelé, à juste titre, Roy.

Avec la dégaine qu'il a et la vélocité de son tir, Galchenyuk pourrait très certainement, lui aussi, faire des malheurs en jouant du côté inverse.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos