Etienne Bouchard
Agence QMI

Marc Bergevin aurait dû se taire, selon Jean Perron

Marc Bergevin expressif devant les journalistes

Voir en plein écran

Etienne Bouchard

Dernière mise à jour: 10-02-2016 | 19h55

L'ex-entraîneur du Canadien de Montréal Jean Perron n'a nullement été impressionné par les déclarations du directeur général Marc Bergevin en janvier et malgré la récente séquence de trois victoires des Glorieux, il croit que les joueurs du Tricolore pourront pratiquer leurs élans sur les parcours de golf dès le 9 avril.

«Je pense qu'ils n'iront pas en séries éliminatoires, car Marc Bergevin aurait dû se taire. Je n'ai pas aimé qu'il prenne le blâme, a-t-il expliqué. Quand j'étais avec l'organisation, Jacques Lemaire me conseillait de ne pas donner la chance aux joueurs de se cacher derrière les excuses. Ils doivent supporter le plus de pression possible.»

L'homme de 69 ans connaît l'atmosphère parfois suffocante qui règne autour de l'équipe, lui qui a remporté la coupe Stanley en 1986 avant d'être congédié deux ans plus tard. Aussi, il estime que les porte-couleurs du club auraient dû exprimer leurs regrets et non leur DG.

«On a vu que ça (le discours de Bergevin) n'a pas marché. Il a évoqué la blessure de Carey Price et la difficulté de réaliser des transactions; après, le Canadien a gagné de peine et de misère à Toronto avant de s'effondrer», a-t-il affirmé.

«Si j'étais à la place de Bergevin, je serais acheteur pour améliorer ma ligne du centre, a-t-il ajouté. Je rêve au jour où on va acquérir un Eric Staal. David Desharnais et Tomas Plekanec ne sont pas prêts à agir comme joueurs de centre numéro 1. Et en arrière, P.K. Subban est le seul en santé.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos