Jonathan Bernier
Agence QMI

Le jour de la marmotte pour le Canadien

Match Canadien c. Flyers - 2 février 2016

Voir en plein écran

Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 02-02-2016 | 23h39

PHILADELPHIE - C'était le traditionnel jour de la marmotte en Pennsylvanie, mardi. Phil Punxsutawney ayant vu son ombre, on aura donc droit à un printemps hâtif.

Voilà qui se veut un très mauvais présage pour le Canadien de Montréal qui s'est, une nouvelle fois, compliqué la vie dans sa course vers une qualification en séries éliminatoires.

De retour de la pause du week-end des étoiles, le Tricolore s'est incliné 4-2, mardi soir, à Philadelphie.

Ce revers, un troisième de suite après les deux subis face aux Blue Jackets de Columbus, est d'autant plus coûteux qu'il permet aux Flyers de rejoindre la troupe de Michel Therrien au classement de l'Association de l'Est.

Les deux équipes affichent maintenant 52 points au compteur, mais puisque les Flyers ont disputé trois matchs de moins, ils ont priorité sur le 11e rang.

Rare contribution des défenseurs

Parlant du jour de la marmotte, on se souviendra que dans le populaire film du même nom sorti au début des années 1990, le personnage joué par Bill Murray revivait sans cesse la même journée.

C'est un peu ce à quoi on a l'impression d'assister depuis deux mois chez le Canadien.

Une fois de plus, les hommes de Therrien ont accordé le premier but à l'adversaire. Une fois de plus, ils ont été incapables de marquer plus de deux filets.

«On aimerait bien gagner des matchs 1-0 ou 2-1, mais regardez partout à travers la ligue. Ça prend au moins trois buts pour remporter une partie», a fait valoir P.K. Subban.

Sans compter que c'était la 12e fois en 13 duels que le CH s'inclinait au Wells Fargo Center.

La seule différence, c'est que les défenseurs, contributeurs timides à l'attaque anémique du Canadien, sont sortis de leur mutisme. Andreï Markov et Jeff Petry ont été les seuls à faire scintiller la lumière rouge.

D'ailleurs, ce n'était seulement que la deuxième fois de la saison que les arrières du Tricolore inscrivaient plus d'un but au cours d'une même rencontre, l'autre étant survenue le 20 novembre à Long Island.

Chance en or ratée

La confrontation en fut également une d'unités spéciales. Wayne Simmonds, avec le premier de ses deux buts, et Brayden Schenn ont profité des deux premières supériorités numériques de leur équipe pour lui donner une priorité de deux filets.

Bien que le but de Markov ait également été inscrit avec l'avantage d'un homme, on ne peut que blâmer l'attaque massive du Canadien d'avoir été incapable de profiter d'une punition majeure à Radko Gudas, dans les derniers instants de la rencontre.

Au lieu de niveler la marque pendant ce cinq minutes, le Tricolore a vu les Flyers obtenir les deux meilleures occasions de marquer. Chris VandeVelde a vu son tir toucher le poteau, alors que Sean Couturier s'est buté à Mike Condon lors d'une échappée.

«C'est ce qui a fait la différence, a convenu Subban. Peu importe la façon, on doit trouver une façon de mettre la rondelle dans le filet.»

Une fois de plus abandonné par son attaque, le gardien du CH a subi un sixième revers à ses sept dernières sorties. À l'autre bout de la patinoire, Steve Mason a savouré un quatrième gain en autant de sorties face au Canadien. Condon a réalisé 32 arrêts, contre 30 pour son rival.

Matt Read a complété la marque dans un filet désert.

Le Canadien sera de retour devant ses partisans, mercredi soir, pour recevoir les Sabres de Buffalo.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos