Denis Poissant
Agence QMI

John Scott, l'étincelle pour rallumer le Canadien?

Denis Poissant

PHILADELPHIE - Avec seulement 32 matchs à disputer d'ici la fin du calendrier régulier, le Canadien de Montréal, qui reprend le collier face aux Flyers à Philadelphie mardi soir, a besoin d'une méchante étincelle s'il espère retrouver le sentier de la victoire et se tailler une place en séries.

Alors, pourquoi ne pas rappeler John Scott des IceCaps de St. John's? Le gros bonhomme a enflammé le match des étoiles de la Ligue nationale de hockey (LNH), rien de moins, avec sa rocambolesque histoire digne d'un film de Disney.

Ne pourrait-il pas avoir le même effet dans le vestiaire du Tricolore?

Michel Therrien ne dit pas non...

«On ne sait jamais!», a lancé le pilote, sourire en coin, après l'entraînement des siens à Philadelphie, lundi.

«Quelle belle histoire, j'ai trouvé ça fantastique de voir comment tous les gens se sont comportés avec lui, a poursuivi Therrien. J'ai regardé le match et j'ai trouvé ça excitant. On a enfin trouvé un format qui rend les matchs enlevants, et tout le monde a apprécié, que ce soit les joueurs ou les partisans. Dans tout ça, l'histoire de John Scott a été la cerise sur le sundae.»

Scott n'a rien d'un fin marqueur, mais le colosse de 6 pi et 8 po ne ferait certes pas de tort pour égayer les visages autour de lui.

Un congé qui fait du bien

Le congé de cinq jours a quand même allégé l'atmosphère chez le Canadien. Les joueurs étaient contents de se retrouver sur la glace du Wells Fargo Center pour se délier les muscles.

Le capitaine Max Pacioretty en a profité pour faire le vide en Floride.

«C'était agréable de se retrouver en famille pour décrocher complètement», a dit-il.

«Mais en Floride, on entendait quand même parler pas mal de hockey, car il y a tout un "buzz" autour des Panthers. Je m'arrangeais donc pour faire comme si je ne savais pas ce qui se passait.»

À l'inverse, le climat s'est détérioré à Montréal, avec les partisans qui ont hué le Canadien au terme de ses deux défaites successives contre le pire club de la LNH, les Blue Jackets de Columbus, juste avant la pause.

«En début de saison, tout le monde vantait nos mérites, mais on a effectué un virage à 180 degrés, que ce soit au classement ou dans les sentiments des partisans à notre égard», a constaté Pacioretty.

«Maintenant, un grand défi nous attend.»

Mission impossible?

Un grand défi, en effet.

Les joueurs rappellent qu'ils ne sont qu'à trois points d'une participation en séries. Il leur faudra toutefois maintenir une moyenne de plus de ,700 pour se qualifier. Une mission presque impossible à la lueur des performances récentes de l'équipe.

«On n'est pas loin, a toutefois estimé David Desharnais, qui choisit de voir le verre à moitié plein. Si on colle des victoires, on sera encore là. Il n'y a pas de panique.»

Desharnais retrouvera son complice Pacioretty au sein d'un trio complété par Dale Weise.

«C'est un nouveau départ, a noté l'attaquant, qui n'a que 24 points cette saison. Le but premier, c'est de gagner des matchs et tout le monde doit en donner plus. Nous les premiers, on doit marquer plus de buts. Je n'ai aucun doute qu'on peut y parvenir, on l'a fait plusieurs années.»

Prendre de meilleures décisions

Therrien, lui aussi, y croit encore.

«Notre équipe ne joue pas comme la fiche l'indique, a soutenu l'entraîneur-chef. Ce qui nous fait souvent mal, c'est la grosse erreur, le gros revirement. On doit joueur du hockey plus responsable en prenant de meilleures décisions. Il faut bien exécuter le plan de match.»

Le CH a-t-il les ressources pour effectuer un revirement spectaculaire?

«Il faut saisir le moment, les Flyers aussi bataillent pour une place en séries, a mentionné Pacioretty.

«Tout le monde doit se regarder dans le miroir et dire: "je dois être le meilleur pour mon équipe". On ne doit pas attendre que l'étincelle provienne d'un seul joueur. C'est l'affaire de toute l'équipe.»

Plus que jamais, c'est le temps de passer de la parole aux actes...

P.K. Subban, qui revenait de la classique des étoiles à Nashville, n'a pas pris part à l'entraînement.

C'est le gardien Mike Condon qui sera devant le filet face aux Flyers. Carey Price, lui, s'est entraîné encore une fois seul à Brossard.

::encert::



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos