Dave Fontaine
Agence QMI

La patience est de mise, selon Jacques Demers

La patience est de mise, selon Jacques Demers

Jacques Demers a motivé de jeunes hockeyeurs durant la Coupe Best Buy. Photo Joel Lemay / Agence QMI

Dave Fontaine

LAVAL - L'ex-entraîneur-chef du Canadien de Montréal Jacques Demers est catégorique : congédier Michel Therrien n'est pas la solution aux déboires de la Sainte-Flanelle.

Le dernier instructeur à avoir mené le Bleu-Blanc-Rouge aux grands honneurs a tenu à venir à la défense de Therrien. Il croit même que le CH ferait un pas en arrière en effectuant un changement derrière le banc.

«Je sympathise beaucoup avec Michel Therrien. Ceux qui souhaitent son départ doivent être plus patients. Si on amène quelqu'un d'autre, va-t-on encore le remplacer dans deux ans?», s'est demandé M. Demers, rencontré dans le cadre de la Coupe Best Buy dont il est le président d'honneur.

«Ça devrait être fini une fois pour toutes, congédier un ''coach'' aussitôt que ça va mal. Après ça, tu dois repartir à zéro. Vous voulez une coupe Stanley, les partisans? Gardez de la stabilité derrière le banc.»

«Therrien n'a pas changé parce qu'il a gagné 50 matchs l'an dernier et signé un nouveau contrat. Il ne s'est pas dit: ''je vais "coacher" moins fort''», a illustré Demers.
Pas d'excuses?

La blessure subie par le gardien Carey Price a forcément été l'élément déclencheur de cette débandade sans fin. Mais la perte d'un joueur étoile ne devrait-elle pas faire ressortir le caractère d'une équipe?

«C'est sûr qu'il y a un malaise parce que Price n'est pas là. Quand j'étais à Detroit, Steve Yzerman s'était blessé à la jambe. J'avais alors dit à mes gars : ''c'est l'équipe de Steve Yzerman, mais on va prouver à tout le monde qu'on est capables de gagner sans lui''. Et on a gagné une ronde en séries.»

«Price est le meilleur au monde, mais c'est une piètre excuse que de toujours dire que c'est parce qu'il n'est pas là, a-t-il expliqué. Levez-vous les gars et démontrez du caractère. Affichez de la fierté.»

Faire confiance au DG?

Il n'y a pas que Therrien qui attire son lot de critiques depuis quelques semaines. Plusieurs soulèvent l'inactivité du directeur général Marc Bergevin.

«La plus belle qualité de Bergevin, c'est qu'il a goûté à la coupe Stanley [à Chicago] et qu'il sait comment gagner. Mais ça prend du temps. Qui voulez-vous échanger? P.K. Subban? Max Pacioretty?», a ajouté le sénateur, qui saigne toujours bleu-blanc-rouge.

Le patron devra néanmoins agir un jour ou l'autre, croit l'ancien du Tricolore Gilbert Delorme.

«Ça fait longtemps qu'on le dit. Ça prend du renfort. Il n'y a pas assez de punch à l'attaque. Bergevin ne veut pas toucher à son noyau, mais si tu vas chercher de bons jeunes qui vont être ici pour longtemps, ils feront partie de ton noyau, a-t-il analysé.

«Je pense quand même que le Canadien va faire les séries, mais on ne peut plus en échapper beaucoup.»

Une leçon de hockey et d'humilité

Quelques anciens joueurs du Canadien de Montréal ont eu le plaisir et le courage d'affronter des membres de l'équipe du Québec de hockey sur luge, dimanche, dans le cadre de la Coupe Best Buy, à Laval.

Gilbert Delorme, Richard Sévigny et Gilles Thibaudeau ont ainsi eu droit aux conseils des meilleurs, question de se familiariser avec ce sport quelque peu méconnu. En compagnie de l'ex-dur à cuire André Roy, ils ont ensuite pris part à un match amical où chutes et collisions ont amusé le public.

«Ce n'est pas évident, c'est très difficile. Mais c'est le "fun". Ces gars-là ont beaucoup de mérite, a souligné l'ex-défenseur Delorme. Il faut vraiment que tu sois en forme.»

«C'est surtout tourner et contrôler la rondelle qui est très difficile.»

Au-delà de leurs habiletés, c'est le courage dont font preuve ces athlètes qui est phénoménal.

«Pour moi, ce ne sont pas des personnes handicapées: j'appelle ça des gens des gens courageux, de caractère, qui démontrent que même dans les situations difficiles, ils sont capables de vivre leur vie», a expliqué Jacques Demers, président d'honneur de cet événement constituant le plus gros tournoi de hockey mineur extérieur au Québec.

«Ils n'ont pas tous un handicap. Mais ils ne se laissent pas abattre et continuent à jouer au hockey. C'est extraordinaire», a poursuivi Delorme.

Un privilège

Les Anciens Canadiens ne ratent jamais une occasion de s'impliquer dans la communauté et d'encourager la jeunesse.

«Je le fais pour les jeunes. Je leur dis, même à ceux qui perdent, qu'il n'y a pas de perdant», a mentionné M. Demers, tout juste après avoir livré un discours à la hauteur de sa réputation, à une équipe qui s'apprêtait à fouler la glace.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos