Jean-François Chaumont
Agence QMI

P.K. Subban fait un acte de foi

Le week-end des étoiles 2016

Voir en plein écran
Previous Next

Jean-François Chaumont

NASHVILLE - P.K. Subban a fredonné l'une des chansons mythiques de Johnny Cash, Folsom Prison Blues, et il avait hâte de recevoir sa guitare Gibson comme cadeau pour sa participation au match des étoiles dans la capitale du country, Nashville.

Non, Subban ne changera pas de carrière. S'il promet de suivre des cours, il n'a toujours pas de talent avec une guitare entre ses mains. Pour quelques jours, il se retrouvait à plus de 1700 kilomètres de Montréal comme unique réel représentant du Canadien, puisque John Scott portera les couleurs des Coyotes de l'Arizona et qu'il n'a toujours pas joué un match avec le CH.

Dans la capitale du Tennessee, Subban participera pour une première fois à la classique des étoiles. À sa première saison dans la Ligue nationale (LNH) en 2010-2011, l'Ontarien avait joué la rencontre des jeunes étoiles à Raleigh en Caroline du Nord. Cinq ans plus tard et un trophée Norris déjà en banque, il a reçu une plus grande invitation.

«C'est vraiment bien, a-t-il affirmé. Évidemment, il s'agit d'un immense privilège de me retrouver avec les meilleurs joueurs de la LNH. J'espère avoir la chance de rencontrer et de parler à tous les joueurs. Je connais déjà plusieurs joueurs, mais pas tous.»

Une équipe des séries

Malgré l'éloignement géographique, Subban n'a pas oublié la tempête qui frappe toujours le CH. D'une équipe dominante pour les premières semaines de la campagne, le Canadien affiche maintenant le pire dossier des 30 équipes de la LNH depuis le 1er décembre dernier. Et la chute ne semble pas s'arrêter.

Encerclé par une dizaine de journalistes en cette journée consacrée aux médias, le numéro 76 a réitéré toute sa foi envers son équipe.

«Je sais qu'il reste encore plusieurs matchs à jouer cette saison, a-t-il rappelé. Je crois que nous sommes une équipe des séries. Mais, les paroles ne se transforment pas en victoires. Il faut le prouver sur la glace.»

Maintenant au 11e échelon dans l'Association de l'Est et après seulement six victoires en 25 matchs, le Canadien devra pratiquement réaliser un exploit pour se replacer en position pour les séries. Pour Subban, une place en séries ne tient pas du miracle.

«Je crois en nos joueurs dans la chambre, a-t-il dit. Je crois en notre groupe d'entraîneurs. Je joue avec eux depuis longtemps et j'ai joué en séries avec cette formation. La majorité des joueurs de l'édition actuelle du Canadien n'étaient pas là en 2011-2012 quand nous avons terminé au 15e rang dans l'Est. Je ne vois pas une équipe semblable. Je vois un club qui participera aux séries. Si chacun des gars joue à son plein potentiel, nous ferons les séries.»

«Quand nous avons gagné neuf matchs d'affilée, je suis persuadé que les autres équipes voulaient savoir ce que nous faisions de bien, a-t-il ajouté. Mais, il n'y avait pas de secret. Nous avions une bonne exécution, nous jouions en équipe et avec un sentiment d'urgence. Nous jouons avec une bonne intensité dernièrement et avec la bonne intention, mais nous devons atteindre un autre niveau. Il faut aussi redevenir une équipe affamée de victoires.»

Les yeux vers l'avant

Questionné sur les déboires des siens, Subban n'a pas offert une analyse position par position. Il a opté pour une réponse des plus positives.

«Nous ne cherchons pas à l'expliquer. Tu ne peux pas vivre ta vie en regardant toujours dans le rétroviseur. Il faut regarder vers l'avant. Les derniers mois font partie du passé. C'est fini. Les défaites et les points que nous avons laissés sur le tableau sont disparus. Mais, il reste encore plusieurs matchs. Pour redevenir une équipe des séries, il n'y a qu'une seule solution et c'est de regarder vers l'avant.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos