Jonathan Bernier
Agence QMI

Marc Bergevin s'offre en cible

Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 21-01-2016 | 12h57

BROSSARD - Dans la tempête qui fait rage et qui secoue le Canadien de Montréal depuis deux mois, Marc Bergevin a senti le besoin d'affronter la marée déchaînée pour la deuxième fois en moins d'un mois.

Au terme de l'entraînement, le directeur général du Tricolore s'est présenté devant les médias pour faire le point sur la situation.

D'entrée de jeu, il a désamorcé une possible bombe en soutenant que son entraîneur-chef et les adjoints de celui-ci étaient en poste pour y rester. Même chose pour la vingtaine de joueurs enfilant l'uniforme tous les soirs.

«Michel Therrien et les joueurs ne s'en vont nulle part. On va s'en sortir ensemble. Le plan n'a pas changé», a-t-il martelé.

Bergevin avait fait une sortie similaire le 28 décembre, à Tampa. Sauf que cette fois, il est allé beaucoup plus loin.

En confirmant que Therrien et son groupe d'entraîneurs demeureraient en place jusqu'à la fin de la saison, peu importe qu'ils soient en mesure de redresser la situation ou non, le directeur général du Canadien s'est offert en cible.

«Ici, c'est moi qui suis responsable de tout ce qui se passe dans l'organisation. Les critiques, que je comprends très bien, ne devraient pas aller vers l'entraîneur, mais vers Marc Bergevin. C'est moi qui fournis les joueurs à Michel Therrien», a-t-il indiqué.

Une phrase qu'il a pris soin de répéter, dans une autre formulation, un peu plus tard.

«Si ça ne fonctionne pas, ce n'est pas la faute de Geoff Molson ou de Michel Therrien. C'est celle de Marc Bergevin et de personne d'autre.»

Un autre mois sans Price

En acceptant ce prestigieux poste en mai 2012, Bergevin savait que la mer ne serait pas toujours calme. Mais il était loin de se douter qu'elle se déchaînerait autant en l'absence de Carey Price.
D'ailleurs, il a profité de sa présence devant les médias pour annoncer une mauvaise nouvelle.

«Je n'ai pas de date précise, mais nous devrons nous débrouiller sans lui pour encore trois ou quatre semaines», a-t-il indiqué.

Selon ce nouvel échéancier, Price, qui patine en solitaire depuis maintenant une douzaine de jours, serait disponible à compter de la rencontre du 19 février. Il resterait alors 24 matchs à la saison du Canadien.

«Ce fut plus lent qu'on le prévoyait, a reconnu Bergevin, mais tous les corps ne guérissent pas au même rythme. De plus, sa position est très exigeante pour cette blessure.»

«Mais il n'y a pas eu de recul», a-t-il pris soin de préciser.

Transactions difficiles

Bien qu'il se place au premier rang de la ligne de tir, l'homme de 50 ans soutient qu'il n'a rien à se reprocher.

«Je travaille constamment. Je fais des appels. J'ai à cœur les succès de l'équipe. Honnêtement je n'ai rien à me reprocher. Je n'ai aucun regret parce que je fais tout en mon possible», a-t-il déclaré.

Mais comme il le rappelle, les transactions d'envergure son rares dans la LNH. La seule impliquant des joueurs vedettes au cours du dernier mois a envoyé Ryan Johansen de Columbus à Nashville, en retour de Seth Jones.

Dans ce cas précis, Bergevin a assuré s'être informé auprès de Jarmo Kekalainen, son homologue chez les Blue Jackets.

«C'est certain qu'on avait de l'intérêt pour un joueur de cette trempe, mais on n'avait pas ce qu'ils recherchaient. Ce qu'ils voulaient, c'est un bon jeune défenseur droitier.»

À ce niveau, Nashville avait les mains pleines.


Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos