Jonathan Bernier
Agence QMI

«Je m'en fiche, d'avoir marqué» - P.K. Subban

«Je m'en fiche, d'avoir marqué» - P.K. Subban

P.K. Subban a reçu la troisième étoile, samedi.Photo Ben Pelosse / Agence QMI

Jonathan Bernier

MONTRÉAL - L'incapacité du Canadien de Montréal à inscrire des victoires de manière consécutive commence drôlement à faire monter la tension dans le vestiaire. Trois semaines après la montée de lait du capitaine Max Pacioretty, ce fut au tour du défenseur P.K. Subban de perdre patience après le match de samedi.

«Je m'en fiche, d'avoir marqué mon premier but en je ne sais plus combien de matchs. Ça n'a aucune foutue importance!», a-t-il lancé en revenant à son casier au terme d'une défaite de 3-1 contre les Penguins de Pittsburgh.

«Je ne suis pas là pour marquer des buts. Ce n'est pas mon travail», a-t-il ajouté, furieux.

En ce qui a trait au jeu collectif, Subban a évoqué le manque de constance.

«Nous n'avons pas été bons en sortie de zone. Nous n'avions pas suffisamment d'appui. D'ailleurs, nous ne nous appuyons pas les uns les autres», a-t-il lancé avant de donner quelques exemples.

«On envoie la rondelle à des endroits où il n'y a personne et on ne bouge pas nos pieds. Parfois, on ressemble aux Harlem Globetrotters: on fait bouger la rondelle et on tourne en rond», a-t-il énuméré.

Pas de tir, pas de but

Voilà qui explique peut-être pourquoi le Canadien peine à trouver le fond du filet. Difficile de marquer des buts lorsque vous tournez en rond.

«On doit placer des rondelles au filet. C'est la base. On ne gagnera pas de match en marquant un seul but et on ne comptera pas de but si on ne tire pas», a dit Pacioretty.

L'attaquant s'incluait évidemment dans le groupe. Celui qui a habitué ses partisans à plusieurs soirées de sept tirs au but et plus dans le passé n'en a décoché que deux en direction du gardien Marc-André Fleury.

D'ailleurs, Pacioretty a obtenu plus de quatre lancers dans seulement trois des 15 derniers matchs.

Condon satisfait

Tomas Plekanec en est un autre pour qui la lumière rouge ne scintille pas souvent. Le Tchèque n'a touché le fond du filet qu'une seule fois à ses 27 dernières rencontres.

«On doit faire un meilleur boulot. Il faut trouver une façon de diriger plus de tirs et être en mesure de rejoindre nos coéquipiers plus efficacement», a-t-il indiqué.

Une fois de plus, ces problèmes de production mettent un poids supplémentaire sur les épaules des gardiens. Ceci n'a pas semblé ennuyer Mike Condon, auteur de 29 arrêts.

«C'est sûr que je retire une certaine satisfaction [de cette performance], mais c'est difficile à savourer quand le résultat n'y est pas.»

Par ailleurs, Tomas Fleischmann a regardé un deuxième match de suite depuis la passerelle.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos