Jean-François Chaumont
Agence QMI

La paix... à court terme

Jean-François Chaumont

Pince-sans-rire, l'instructeur Clément Jodoin a dit à sa sortie de l'ascenseur, en route vers le vestiaire du Canadien de Montréal, que son équipe venait d'acheter la paix pour trois jours avec cette victoire de 2-1 sur les Devils du New Jersey, mercredi.

La paix se sentait également dans la voix de Michel Therrien. Furieux de l'effort de son équipe la veille à Philadelphie, l'entraîneur-chef a répondu aux questions des journalistes avec le sourire et avec de longues phrases. Un contraste comparativement à son très bref point de presse après la défaite aux mains des Flyers.

«C'était important comme équipe de rebondir, a raconté Therrien. Nous avons joué d'une façon très structurée et nous avons travaillé fort. Nous nous sentions tous coupables après le dernier match et nous avons bien répondu à l'appel.»

En bon capitaine, Max Pacioretty a rappelé qu'il s'agissait seulement d'un petit pas dans la bonne direction.

«Nous voulons repartir sur une bonne série, pas juste un bon match, a expliqué Pacioretty. Nous ne devons pas faire l'erreur de nous emballer trop rapidement. Il faut rester calme.»

Petit, mais avec du chien

En conférence de presse, Therrien a logiquement accordé une bonne note à Paul Byron, auteur d'un superbe jeu en infériorité numérique qui a mené au but de Torrey Mitchell.

«Il n'est pas gros, mais il a du chien, a lancé l'entraîneur. Il fait une bonne lecture du jeu en désavantage numérique et il peut générer des chances de marquer grâce à sa vitesse. Il a démontré beaucoup de calme pour réaliser un gros jeu pour Mitchell sur ce qui devait être le but gagnant.»

Emelin et le côté droit...

Rayé de la formation lors des deux matchs du Tricolore en Floride, Alexeï Emelin regagne tranquillement sa place à la ligne bleue. Et il le fait aux côtés de Mark Barberio, qui offre de très bons services depuis son rappel des IceCaps de St. John's, de la Ligue américaine de hockey.

Questionné à savoir si Emelin avait retrouvé sa confiance grâce à la présence de Barberio comme partenaire, Therrien a offert une réponse des plus franches.

«On a essayé Emelin du côté droit dernièrement et disons que c'était difficile, vraiment difficile», a-t-il mentionné après une longue pause et un sourire en coin.

Ayant retrouvé son calme, Therrien a fait une petite confidence.

«Emelin a joué avec une blessure et il n'y a pas beaucoup de joueurs qui auraient réussi à endurer ça, a-t-il précisé. Il a continué à jouer pendant deux ou trois semaines malgré une légère fracture à un pied. Il a eu besoin de se reposer puisqu'il ne réussissait pas à guérir cette blessure.»

À la mi-novembre, Emelin a manqué cinq rencontres en raison de cette blessure à un pied.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Match Devils c. Canadien - 6 janvier 2016

Voir en plein écran

Vidéos

Photos