Jonathan Bernier
Agence QMI

Une première victoire pour Mike Condon

Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 12-10-2015 | 00h17

OTTAWA - On reconnaît les bonnes équipes à leur profondeur en attaque. Jusqu'ici, force est d'admettre que le Canadien de Montréal est bien servi.

Après Max Pacioretty en lever de rideau à Toronto et Alex Galchenyuk samedi à Boston, ce fut au tour de Tomas Plekanec de saisir le flambeau.

Les deux buts du Tchèque, inscrits en première période, ont pavé la voie à un gain de 3-1 du Canadien aux dépens des Sénateurs, dimanche à Ottawa.

Michel Therrien et ses hommes ont donc pris le chemin de Pittsburgh, en vue de l'affrontement de mardi face aux Penguins, forts d'un dossier de trois gains, dont deux acquis en 24 heures.

Plekanec a d'abord surpris le jeune Matt O'Connor du coin de la patinoire. Le type de but auquel il nous a habitués en fin de saison, l'an dernier.

Puis, il a profité d'une rare erreur d'Erik Karlsson, en territoire montréalais, pour filer seul devant le gardien de 23 ans qu'il a déjoué entre les jambières.

«J'ai été un peu chanceux sur le premier but. J'ai voulu le prendre par surprise et le tir l'a touché en plein où je le voulais. Sur le deuxième, j'ai profité d'un rebond chanceux à la ligne bleue. En m'approchant, j'ai aperçu le trou entre ses jambières», a expliqué la première étoile du match.

Duel de recrues

Pour la première fois depuis Carey Price, le 10 octobre 2007, le Canadien envoyait dans la mêlée un homme masqué sans aucune expérience dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Même s'il s'agissait du premier match de la saison de son équipe au Centre Canadian Tire, Dave Cameron avait choisi de faire de même.

Bien qu'il lui ait fallu patienter quelques minutes avant d'être mis à l'épreuve une première fois, Mike Condon a offert une solide performance. Il a paru beaucoup moins nerveux que son vis-à-vis, également issu de la NCAA, le circuit universitaire américain.

«Il y avait beaucoup d'énergie dans l'air au moment d'amorcer la partie. Une fois que j'ai réussi le premier arrêt, la pression est tombée et j'ai pu apprécier le moment», a indiqué Condon, auteur de 20 arrêts.

Condon a réservé son plus bel arrêt pour Jean-Gabriel Pageau, qu'il a stoppé en s'étirant sur sa gauche. Un arrêt réalisé au début de la deuxième période, alors que le pointage n'était que de 2-0.

Attaque massive pitoyable

Devant Condon, les troupiers de Therrien ont effectué du bon boulot pour lui rendre la vie facile dans son demi-cercle. Cependant, ils auraient pu lui permettre de respirer un peu plus à l'aise s'ils avaient été en mesure de marquer, ne serait-ce qu'un but, en supériorité numérique.

Au cours du deuxième vingt seulement, le Canadien a obtenu quatre avantages numériques, dont un de deux hommes pendant 69 secondes.

Des attaques massives au cours desquelles les visiteurs ont à peine menacé. En fait, ils n'ont décoché que trois tirs sur le but adverse (sur les sept avantages numériques).

D'ailleurs, Pageau a profité de l'une de ces occasions pour prendre sa revanche sur Condon.

«Il y a beaucoup de travail à faire, a reconnu Therrien. On est encore tôt dans la saison et il ne faut pas oublier qu'au cours des cinq derniers jours, on n'a pas eu beaucoup l'occasion de pratiquer.»

Inutile de dire que Jean-Jacques Daigneault, le nouvel architecte du jeu de puissance, a du pain sur la planche.

En bref

Torrey Mitchell n'a pas eu à rencontrer le comité de discipline du circuit pour la jambette qu'il a servie à Zac Rinaldo, en fin de match samedi, à Boston. Il en a profité pour inscrire le troisième but du Canadien face aux Sénateurs.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Match Canadien c. Sénateurs - 11 octobre 2015

Voir en plein écran

Vidéos

Photos