Carey Price reconnaît ses torts

Canadien - Carey Price reconnaît ses torts

Carey PricePhoto Pierre-Paul Poulin / Agence QMI


Jean-François Chaumont

RALEIGH, Caroline du Nord - Carey Price n'a rien d'un robot. Pas différent des autres humains, l'homme masqué du Canadien de Montréal doit lui aussi composer avec des hauts et des bas.

Adulé quand il transporte l'équipe sur ses épaules, Price devient rapidement la cible de ces mêmes partisans quand il vit des moments plus sombres.

Pour une première fois cette saison, Price a perdu ses repères. À ses deux derniers départs contre les Penguins de Pittsburgh et les Islanders de New York, il a vu la lumière rouge scintiller derrière lui à 12 reprises sur seulement 59 tirs.

Aussi sur Canoe.ca

Sur le strict plan des statistiques, on parle d'une moyenne astronomique de 6,00 et d'un désastreux taux d'efficacité de ,797.

Souvent bougon après une défaite, le numéro 31 du CH avait fait faux bond aux journalistes à ses deux dernières sorties. Il a choisi une approche différente après un entraînement optionnel du Tricolore, mercredi, à Raleigh.

À sa sortie de la patinoire, le visage encore ruisselant, il a brièvement décrit ses états d'âme.

«Oui, c'était définitivement deux mauvais départs, mais en même temps, je ne peux pas me laisser abattre», a logiquement répondu Price.





«Je dois être plus compétitif, a-t-il poursuivi. J'ai accordé quelques buts que je n'ai pas aimés et je me bats plus avec la rondelle. Non, ce n'est pas une question de mental. Je me sens bien. Je dois simplement me battre contre l'adversité, je ne dois pas me décourager après un ou deux mauvais buts.»

Retour au travail

Dans l'espoir de rebondir rapidement, Price a enfilé ses grosses jambières et son masque pour un simple entraînement optionnel.

«J'ai choisi de sauter sur la glace pour travailler sur certains aspects de mon jeu, a expliqué le gardien de 25 ans. J'ai pris la journée d'aujourd'hui [mercredi] pour me replacer et je me suis préparé pour mon prochain match.»

Price a aussi fait sortir un peu de sa rage à cet entraînement. Mécontent de son rendement dans un petit concours de tirs de barrage, il a brisé son bâton en frappant lourdement sur la barre horizontale. Ce n'était toutefois rien pour rendre jaloux les Ron Hextall ou Billy Smith, deux gardiens d'une autre époque qui se servaient souvent de leur bâton comme d'une épée.

Alex Galchenyuk et Yannick Weber l'ont déjoué à plusieurs reprises lors de ce petit exercice à la fin de l'entraînement.

Un objectif manqué

Avec trois matchs en quatre soirs, Michel Therrien a offert une journée de repos à son gardien numéro un face aux Bruins, dimanche, à Boston. Peter Budaj a remercié son entraîneur pour ce geste de confiance en signant une victoire de 4-3.

Cette décision de l'entraîneur-chef n'a pas irrité Price.
«Avant le match contre les Islanders, j'avais la même attitude qu'avant n'importe lequel de mes matchs même si je n'avais pas joué à Boston, a-t-il expliqué. Je n'avais pas connu un bon départ contre Pittsburgh et je voulais me racheter. Je n'ai pas réussi mon objectif, mais ça arrive parfois.»

«Buds [Budaj est un bon gardien et il nous donne toujours la possibilité de gagner, a-t-il renchéri. Michel a confiance en ses deux gardiens et c'est normal.»

Price a aussi reconnu qu'il pouvait traverser cette première tempête plus calmement. Il n'a qu'à regarder la position du CH (14-5-2) au classement dans l'Est pour se consoler.

«Oui, c'est plus facile à vivre, a-t-il admis. J'ai l'appui de mes coéquipiers et nous formons une très bonne équipe. Nous trouvons encore des moyens de gagner nos matchs et j'en suis content.»

Avant ses deux derniers départs, Price présentait une moyenne sous la barre mythique de 2,00 (1,90) et un très bon taux d'efficacité de ,924. Il se retrouve maintenant à 2,35 et ,908.

À moins d'une surprise, il aura l'occasion de redorer son blason dès jeudi soir face aux Hurricanes (13-8-1), à Raleigh en Caroline du Nord.


Vidéos

Photos