Le petit homme des grandes occasions

LNH - Le petit homme des grandes occasions

Brad Marchand a inscrit quelques buts importants cette saison.Photo Agence QMI - Kevin King


Jonathan Bernier

BOSTON - Les partisans du Canadien de Montréal ont beau le détester, il n'en demeure pas moins que Brad Marchand s'attribue lentement mais sûrement le titre d'homme des grandes occasions.

Aussi sur Canoe.ca

La peste des Bruins de Boston est tout feu tout flamme depuis le début de cette saison écourtée. En 17 matchs (avant l'affrontement face au Tricolore), l'athlète originaire de la Nouvelle-Écosse a déjà fait bouger les cordages à 11 reprises.

D'ailleurs, il a eu plus que son mot à dire dans la récente série victorieuse des siens.

Au cours de ces six gains, Marchand a inscrit le but gagnant à quatre reprises. Deux d'entre eux ont été marqués lors de victoires où les Bruins ont eu le meilleur par la marge d'un seul but.

«Je ne sais même pas si j'ai déjà eu quatre buts gagnants auparavant dans ma vie», a indiqué le principal intéressé. Les buts importants, ce sont ceux que tous les joueurs rêvent de marquer.»

Une question de confiance

Pour être en mesure de marquer ce genre de but, il faut d'abord obtenir la confiance de son entraîneur. À entendre Claude Julien faire l'éloge du petit attaquant, on comprend que c'est chose faite.

«Il a une facilité à décocher rapidement ces tirs. Il possède un bon lancer et sait l'utiliser. Lorsque nous avons besoin d'un gros but, il semble toujours être en mesure de trouver une façon de le marquer.»

De l'aveu même de Marchand, cette confiance lui permet de croire davantage en ses moyens, ce qui transparaît dans sa façon de se comporter sur la patinoire.

«Plus tu es utilisé dans ce genre de situation, plus la confiance grandit. Ce faisant, tu te sens plus confortable, ce qui aide à prendre de bonnes décisions.»

Parmi l'élite

Avec 11 filets, Marchand, qui dispute une troisième saison complète dans l'uniforme des Bruins, occupe le huitième rang des buteurs de la Ligue nationale (LNH).
C'est déjà près de la moitié des 28 buts qu'il a inscrits en 76 matchs l'hiver dernier.

«Pourtant, je n'ai rien changé à mon jeu, a-t-il assuré. Même que parfois, je trouve que je ne tire pas assez souvent au filet.»

«Il faut dire que j'ai une belle chimie avec mes compagnons de trio (Patrice Bergeron et Tyler Seguin), a-t-il ajouté. Nous avons plusieurs occasions de compter. On travaille beaucoup durant les entraînements, ce qui est payant une fois en situation de match.»

Dans la colonne des buteurs, on le retrouve entre autres en compagnie des Steven Stamkos (15), John Tavares (13) et Thomas Vanek (12). Tout ça, avec trois ou quatre rencontres de moins que la majorité de ceux qui le précèdent.

«Je ne vois pas pourquoi il ne pourrait être considéré au sein de l'élite de la LNH, s'est questionné son entraîneur. En plus, ce n'est pas qu'un joueur offensif. Il tue bon nombre de punitions pour nous.»

De plus, il fait perdre à plusieurs adversaires le contrôle de leurs émotions.


Vidéos

Photos