Les Islanders freinent le Tricolore


Jonathan Bernier

Dernière mise à jour: 21-02-2013 | 23h39

Auteur de cinq gains consécutifs et affrontant une pauvre formation n’ayant remporté que deux de ses 11 matchs précédents, le Canadien de Montréal a péché par excès de confiance face aux Islanders de New York, jeudi.

Avec un but inscrit dès la 49e seconde, celui de Travis Moen, seulement trois tirs accordés au premier vingt et une avance de 3 à 1 à mi-chemin de la rencontre, les hommes de Michel Therrien avaient les arguments pour croire que l’affaire était dans le sac.

Ce qu’ils avaient oublié, c’est que dans la LNH, la marge n’est pas grande entre une bonne équipe et une formation en difficulté.

La troupe de Michel Therrien a connu une deuxième moitié de rencontre gênante, s’écroulant lamentablement.

Aussi sur Canoe.ca
Aussi sur Canoe.ca:
Gallagher absent

Sur Le Journal de Montréal:
Erreurs coûteuses

Le piège des Islanders

Thomas Hickey a scellé l’issue de la rencontre, en prolongation, avec son premier but dans la LNH. Les Islanders ont finalement quitté Montréal avec un gain de 4 à 3.

«La première moitié du match, on était en plein contrôle. On a perdu notre énergie qui fait de nous une équipe coriace. On a manqué de gaz en deuxième moitié», a indiqué l’entraîneur du Tricolore au terme de cette rencontre.

Effondrement d’équipe

À la défense des Montréalais, force est d’admettre que les Islanders n’ont jamais abandonné.

Cependant, le Canadien a tout de même accordé quatre buts à une formation qui n’en avait inscrit qu’un lors de ses deux derniers matchs.

«Même si on menait 2 à 0 après une période, je ne pense pas qu’on croyait que ce serait trop facile. On n’était pas trop confiant. Je préfère parler d’un effondrement d’équipe», a soutenu Mac Pacioretty.

Carey Price, qui a fait face à 25 tirs, a vu un quatrième revers s’ajouter à sa fiche, un premier en bris d’égalité.

Quelques minutes de relâchement, quelques punitions et voilà l’adversaire de retour dans le match. C’est exactement ce qui s’est produit.

Deux buts en supériorité numérique

Pendant qu’on se réjouissait des deux buts de Pacioretty, inscrits sur autant de passes de David Desharnais et qu’on était à rêver de le voir inscrire un premier tour du chapeau depuis le 9 février 2012 (contre ces mêmes Islanders), Matt Moulson sonnait la charge pour les visiteurs.

Deux buts marqués en deuxième période alors que, chaque fois, le Canadien se débrouillait à court d’un homme. C’était à ce moment 3 à 2.

«Ce n’est pas compliqué. On a redonné vie aux Islanders en leur permettant d’inscrire deux buts en supériorité numérique», a d’ailleurs souligné le gardien du Canadien.

«On n’a pas contrôlé leur avantage numérique, les Islanders sont l’une des meilleures équipes de la LNH en supériorité numérique», a ajouté Therrien à ce sujet.

Frans Nielsen a couronné les efforts de son coéquipier en créant l’égalité, à mi-chemin du troisième engagement, à l’aide d’un puissant tir des poignets dans la lucarne.

Un but qui a permis à Hickey de jouer les héros en surtemps.

«On vient de perdre un point ce soir. On aurait du sortir avec deux points», a déclaré Francis Bouillon.

Yannick Weber et Tomas Kaberle ont une fois de plus pris place sur la passerelle. Ils étaient accompagnés de Brendan Gallagher. Ce dernier s’approche d’un retour puisqu’il a obtenu le feu vert pour prendre part à des entraînements complets.

Le Canadien complètera son éreintante semaine de quatre rencontres en recevant les Rangers de New York, samedi.


Vidéos

Photos