Galchenyuk et Gallagher restent


Jean-François Chaumont

Dernière mise à jour: 28-01-2013 | 14h58

Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher ont gagné leur pari. Les deux jeunes attaquants du Canadien ont convaincu Michel Therrien et Marc Bergevin de leur ouvrir les portes du vestiaire de l'équipe pour toute la saison.

C'était possiblement le secret le moins bien gardé à Montréal depuis quelques jours. C'était juste une question de temps avant que le Tricolore confirme leur présence avec l'équipe pour les 48 rencontres de cette campagne écourtée.

Avec trois points (1 but, 2 aides) à ses quatre premiers matchs sous les couleurs du CH, Galchenyuk a tout fait pour ne pas recevoir un billet d'autobus en direction de Sarnia, son ancienne équipe dans la Ligue junior de l'Ontario.

Aussi sur Canoe.ca

«Oui, j'ai le sentiment qu'on me libère d'un peu de pression, a dit le choix de premier tour du Canadien au dernier repêchage à Pittsburgh. Je rêvais à la LNH depuis tellement longtemps. C'était un peu dans le fond de ma pensée qu'il y avait toujours une chance que je retourne à Sarnia dans le junior. Je ne pouvais pas m'imaginer reprendre la route de Sarnia, je voulais absolument prolonger mon séjour avec le Canadien. Depuis le jour un du camp, j'ai cet objectif en tête.»

Encore une fois encerclé par une dizaine de journalistes dans le vestiaire de l'équipe à Brossard, l'Américain de 18 ans affichait un sourire rayonnant.

«Maintenant que j'ai la confirmation que je resterai avec l'équipe, je ne peux pas être plus heureux», a-t-il dit.

Le calme d'un jeune

Historiquement, le Canadien a rarement fait graduer un espoir de 18 ans. Le défenseur Petr Svoboda en 1984-1985 avait été le dernier à réaliser l'exploit d'entreprendre la saison avec le grand club.

Depuis le jour de son embauche dans le siège de directeur général, Bergevin a répété à maintes reprises qu'il désirait rebâtir son équipe avec le repêchage et de jeunes joueurs. Il a maintenant passé de la parole aux actes en ayant le courage de faire confiance à un jeunot de 18 ans.

Galchenyuk n'a joué que quatre petits matchs avec le Tricolore, mais pour l'instant, la pression ne l'étouffe vraiment pas.

«Plusieurs personnes m'avaient parlé de la pression de jouer dans un marché comme Montréal, mais depuis mon arrivée, je n'ai pas trop ressenti cette pression, a-t-il expliqué. Le hockey restera toujours le hockey, peu importe la ville. Mais quand tu gagnes à Montréal, c'est un sentiment incroyable.

«Je me place de la pression sur mes épaules, mais c'est pour aider l'équipe à gagner. Je n'ai pas à me soucier de la réaction des médias ou des partisans.»

Un but et un poste

Au lendemain de son premier but dans la LNH contre le légendaire Martin Brodeur, Gallagher a vécu un autre chapitre important de sa jeune carrière.

«J'étais vraiment excité quand j'ai appris la nouvelle, a expliqué le petit ailier de 20 ans. En même temps, c'est juste le début, j'ai encore du travail à accomplir. Ça peut changer rapidement au hockey. Alex a été le premier à entrer dans le bureau des entraîneurs et je l'ai suivi quelques minutes plus tard.»

Advenant une baisse de régime, le Canadien pourrait toujours retourner Gallagher dans la Ligue américaine avec les Bulldogs de Hamilton. Mais maintenant que l'organisation lui a demandé de s'établir à Montréal, une telle décision serait très surprenante.

En trois matchs, le choix de 5e tour en 2010 a obtenu deux points (1 but, 1 aide).


Vidéos

Photos