Price revient à ses racines

Hockey

Carey Price Photo Pierre-Paul Poulin / Agence QMI

Le gardien du Canadien de Montréal Carey Price fait des heureux cette semaine alors qu'il s'entraîne, depuis lundi, avec les Americans de Tri-City, son ancienne formation de la Ligue junior de l'Ouest.

La Tournée des joueurs étant terminée depuis le mois d'octobre au Québec, c'est le meilleur moyen qu'il a trouvé afin de garder la forme.

«C'est merveilleux de prendre part à un entraînement plus structuré, a reconnu Price, lors d'une entrevue accordée au "Tri-City Herald". Je suis certain qu'on va trouver une façon de s'amuser et de se taquiner.»

Remerciant l'entraîneur-chef Jim Hiller et le directeur général Bob Tory, Price joint par ailleurs l'utile à l'agréable en s'entraînant avec les Americans. Sa fiancée Angela Webber en profite effectivement pour visiter ses parents dans l'État de Washington, à l'occasion de l'Action de Grâce.

«Ça fait six ans que je n'étais pas venu ici avec mon équipement, a indiqué Price. C'était vraiment bizarre lorsque je suis arrivé, mais je me sens bien. C'est curieux, car je me souviens qu'Olaf Kolzig avait patiné avec nous (durant le lock-out de 2004-05). C'est étrange de se retrouver dans le rôle inverse.»

Les joueurs des Americans étaient effectivement très excités quand, à la surprise générale, Price s'est retrouvé sur la glace avec eux.

«Le directeur général avait gardé le secret. Il m'a demandé si je voulais rencontrer un autre gardien et il est venu me présenter à Carey. J'étais sans voix, dit le gardien Luke Lee-Knight. Ce n'est pas chaque jour qu'on patine avec l'une de ses idoles.»

«C'est bien d'avoir un gardien étoile de la LNH à l'entraînement et de pouvoir lancer sur lui», a pour sa part reconnu le jeune Connor Rankin, âgé de 17 ans.

Avec humilité, Price comprend la réaction des joueurs.

«Lorsqu'Olie était là, c'était excitant de voir comment il se comportait et de constater son professionnalisme. C'est super pour moi de me retrouver avec les plus jeunes qui ont tellement d'énergie.»

Price en profitera peut-être pour s'inspirer lui-même.

«Le plus difficile avec le lock-out, c'est de ne pas jouer, a convenu Price, qui n'a toujours pas regardé vers l'Europe. C'est dur de garder sa motivation.»


Vidéos

Photos