Gionta demeure une légende des Eagles

Boston

Brian Gionta © Agence QMI/Martin Chevalier


Mathieu Boulay

Entre les murs du Conte Forum, domicile des Eagles de Boston College, le capitaine du Canadien de Montréal Brian Gionta est considéré comme une légende. Rien de moins.

Aussi sur Canoe.ca

Le petit attaquant a hérité de cette excellente réputation, car il a aidé son université à remporter le tournoi de la NCAA lors de la saison 2000-2001. Ce triomphe a mis fin à une disette qui datait de 1949.

En plus d'être un bon meneur d'hommes comme capitaine, Gionta a été élu au sein des équipes d'étoiles de la NCAA lors de ses quatre saisons avec les Eagles. L'attaquant a amassé 232 points pendant son stage universitaire, dont 123 buts, un record qui tient toujours chez les francs-tireurs.

«Il mériterait d'avoir une statue devant notre aréna, a lancé sans détour l'entraîneur-chef des Eagles, Jerry York.

«Le petit gabarit de Brian n'a jamais été un facteur dans ses performances et c'est encore le cas dans la LNH. Son ardeur au travail, sa détermination et son coup de patin ont fait de lui un grand joueur. Sa concentration était aussi au-dessus de la moyenne.

«Comme capitaine, il fixait des objectifs à ses coéquipiers et il faisait tout pour les atteindre. Brian a vraiment élevé les standards pour ce poste au sein de notre école. Il est encore cité en exemple.»

York se souvient bien des parents de Gionta qui faisaient six heures de route pour assister à toutes les rencontres locales de leur fils Brian. Quelques années plus tard, ils ont répété ce manège avec Stephen, qui évolue maintenant avec les Devils du New Jersey.

«Ils retournaient à leur maison de New York le soir même, s'est remémoré Tony Penna, l'aumônier des Eagles. Pour ce qui est de son frère, Brian a toujours été fier de lui et il est heureux de le voir réussir dans la LNH.»

M. Penna, qui a développé une relation spéciale avec l'attaquant lors de son passage à Boston College, a affirmé que Gionta est un homme heureux à Montréal même s'il doit composer avec une pression supplémentaire sur ses épaules.

«Il aime jouer à Montréal et il est bien au courant que le hockey est une religion à cet endroit», a-t-il ajouté.


Vidéos

Photos