Rififi dans les gradins

Canadiens

La bagarre, qui a éclaté entre une dizaine d’hommes, a été filmée par un spectateur. © Courtoisie / YOUTUBE.com / Émilio Durand


Héloïse Archambault et Agnès Gaudet

Dernière mise à jour: 23-11-2011 | 11h16

Si la rivalité entre le Canadien et les Bruins donne souvent des matchs physiques et intenses, c’est plutôt dans les gradins du Centre Bell que les esprits se sont échauffés, lundi soir. Une bagarre entre spectateurs qui pourrait nuire à l’image du club.

Aussi sur Canoe.ca
Alors qu’il restait à peine deux minutes au match, une échauffourée a éclaté entre deux groupes d’hommes dans les estrades.

La scène a été filmée par le spectateur, Émilio Durand, puis mise en ligne sur le site de partage YouTube.

Dans la vidéo qui dure 1 min 33 s, on voit notamment un homme encaisser plusieurs coups de poing et coups de pieds au visage.

Sous les encouragements de plusieurs spectateurs, la dizaine d’hommes se sont battus durant une vingtaine de secondes avant l’intervention des agents de sécurité.

« C’était des gens très agités et très bruyants qui avaient reçu un avertissement durant la troisième période, indique Donald Beauchamp, porte-parole du Canadien. Les agents les avaient identifiés et ils ont pu intervenir rapidement. »

Question de rivalité?

Aucun des bagarreurs impliqués ne portait de chandail à l’effigie d’une des deux équipes. Il est donc difficile de savoir si l’origine de l’altercation est en lien avec la rivalité qui oppose les partisans du Canadien de Montréal à ceux des Bruins de Boston.

« Il y avait de la tension dans l'air, c'était une fin de match serrée, c'est peut-être de la rivalité entre partisans », a toutefois reconnu Jean-Philippe, un témoin de la mêlée.

Bagarre nuisible au Club

Selon un spécialiste des relations publiques et du marketing sportif à l’Université de Montréal, cette échauffourée pourrait nuire à l’image des Canadiens.

« Ça jette une douche d’eau froide sur la fierté, croit Érik de Pokomandy. C’est supposé être classe d’aller au hockey. Les gens ne veulent pas aller dans un aréna de colons où ça se tape sur la gueule. »

Selon lui, cette bagarre pourrait avoir un effet négatif sur deux classes de partisans : les jeunes familles et les gens d’affaires.

« Le Club a mis beaucoup d’efforts pour créer un événement au Centre Bell à chaque partie, indépendamment des performances de l’équipe. Et c’est un succès, dit-il. Par contre, ça doit être paisible. Les spectateurs ne sont pas supposés prendre part au spectacle. »

Pour le moment, aucune plainte n’a été déposée auprès du Service de police de la ville de Montréal. Une enquête pourrait toutefois être ouverte.

Mario Dumont témoin

L’animateur de télé et ancien chef de l’ADQ, Mario Dumont, était assis à quelques rangées de la bagarre, lundi soir. Il a été témoin des échanges de coups de poings et coups de pieds.

« Ce n’était pas chic, ditil. Se battre au hockey, ça manque de classe. »

Mario Dumont avait constaté au cours du match que les esprits s’échauffaient dans les gradins derrière lui. Selon lui, un spectateur ridiculisait le gardien Carey Price, alors que l’autre lui disait de fermer sa gueule et les deux hommes s’étaient « crinqués » toute la soirée.

L’animateur qui emmène parfois son fils de douze ans au hockey déplore que de tels actes de violence puissent se produire au Centre Bell.

« J’ose espérer que c’est possible d’y emmener son gars, dit-il, sans assister à de telles démonstrations. »

Par ailleurs, Mario Dumont s’interrogeait sur les suites à donner à cette bagarre.

« Le SPVM (Service de police de la Ville de Montréal) a été appelé sur les lieux par le Centre Bell, mais aucune arrestation n’a eu lieu, a-t-il indiqué au Journal. Pourtant, quelques belligérants, comme des fous furieux, s’en étaient pris au personnel du Centre Bell. Ce serait aux gens du Centre Bell de porter plainte pour trouble à l’ordre public. »

Avec la collaboration de l’Agence QMI


Vidéos

Photos