Gallagher, un caractère exceptionnel

Hockey

Brendan Gallagher avait fait belle impression lors du camp d’entraînement du Canadien. © Reuters


Jean-François Chaumont

Brendan Gallagher a laissé une belle carte de visite au dernier camp du Canadien de Montréal. À son retour avec les Giants de Vancouver dans la Ligue junior de l'Ouest, Gallagher a rapidement retrouvé sa touche.

En ce début de saison dans la Ligue junior de l'Ouest, Gallagher a déjà terrorisé plusieurs gardiens adverses avec une récolte de 27 points, dont 16 buts, en seulement 15 rencontres.

Don Hay, l'entraîneur de Gallagher avec les Giants, a une théorie pour expliquer les succès du petit ailier droit.

«Brendan est revenu à Vancouver sans souffrir du syndrome du lendemain de veille, a expliqué Hay au Journal de Montréal. Il n'a pas eu un moment de déprime en raison de sa force de caractère. Oui, il était déçu, mais il a rapidement tourné la page. Il adore tellement le hockey qu'il y jouerait dans un stationnement.»

«Je m'attendais à connaître un bon départ, j'avais confiance en mes moyens, mais je ne pensais pas récolter autant de points, a expliqué Gallagher lors d'une entrevue téléphonique.»

«J'étais vraiment triste quand le Canadien m'a retranché, mais je savais que je me retrouverais au sein d'une bonne équipe avec les Giants, a ajouté l'ailier de 5 pi 9 po. Il ne faut pas oublier que la Ligue junior de l'Ouest est une très bonne ligue, on y forme plusieurs joueurs pour la LNH.»

Dans le moule de Tucker

À la tête des Giants depuis 2004-2005 et fort d'une expérience de 17 saisons dans la Ligue junior de l'Ouest, Hay a vu des centaines de joueurs défiler sous ses yeux. Un nom lui revient toutefois à l'esprit pour décrire le jeune Gallagher.

«De mes anciens joueurs, je comparerais Brendan à Darcy Tucker, surtout pour son immense côté compétitif, a précisé Hay qui a côtoyé l'ancien joueur du Canadien de Montréal avec les Blazers de Kamloops de 1991-1992 à 1994-1995. Tucker avait un talent indéniable et plusieurs habiletés, mais il a percé dans la LNH grâce à sa détermination. Gallagher suivra le même chemin.»

«Brendan a du caractère et une détermination sans limite, a poursuivi Hay. Il parvient toujours à faire taire ses dénigreurs. À ses débuts à Vancouver, on lui disait qu'il était trop petit pour jouer dans cette ligue. Quelques mois plus tard, il était un de nos meilleurs joueurs et aujourd'hui, il est un des plus dangereux de la ligue.»

Gallagher, qui avait un sourire contagieux dans le vestiaire du Canadien lors du camp, a apprécié la comparaison de son entraîneur.

«C'est la première fois que j'entends cette comparaison, il n'a possiblement jamais osé me le dire de peur de me voir ralentir, a-t-il affirmé en éclatant de rire. Je connais très bien Don et il nous parle souvent de Darcy Tucker et de son côté compétitif. À ses yeux, il est possiblement le joueur avec le plus grand caractère qu'il a dirigé.»

Tucker a porté les couleurs du CH pour seulement 115 rencontres, dont 73 en 1996-1997. Il a vu sa carrière prendre son envol avec le Lightning de Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto.

Gallagher aura comme objectif de fleurir à Montréal. Et il rêve de le faire, dès l'an prochain, à l'âge de 20 ans.

Objectif: Équipe Canada

Don Hay et Brendan Gallagher ont de fortes chances de passer le temps des Fêtes ensemble. Hay tentera de rapatrier la médaille d'or au Canada après une disette de deux ans au Championnat du monde junior.

À moins d'un revirement inattendu, Gallagher retrouvera son entraîneur des Giants de Vancouver pour ce prestigieux tournoi du 26 décembre au 5 janvier 2012, à Edmonton et Calgary.

«J'ai le Championnat du monde en tête, c'est mon rêve d'y participer, a précisé Gallagher qui est natif d'Edmonton. L'an dernier, c'était la première fois de ma vie que je me faisais retrancher d'une équipe. Je ne veux pas revivre cette mauvaise expérience.»

Hay n'ouvrira pas automatiquement les portes de l'équipe canadienne à son protégé même s'il le dirige depuis les quatre dernières saisons à Vancouver.

«Brendan a connu un bon camp cet été, mais il devra mériter sa place comme les autres joueurs de l'équipe, a lancé l'ancien entraîneur-chef des Coyotes de Phoenix et des Flames de Calgary dans la LNH. Il n'aura pas de cadeau. J'ai toutefois de la place pour de bons joueurs offensifs et Brendan pourrait répondre à ce besoin.»

Une deuxième expérience pour Hay

En 1995, Hay a conquis la médaille d'or à sa première participation comme entraîneur- chef au Mondial junior. À cette époque, il avait sélectionné deux de ses joueurs avec les Blazers de Kamloops.

«Je n'ai pas de problème de conscience à l'idée de miser sur un de mes joueurs. En 1995, le Canada a remporté les grands honneurs et je comptais sur deux de mes joueurs, Darcy Tucker et Nolan Baumgartner.»

Le Mondial junior avait eu lieu à Red Deer, en Alberta, en 1995. Hay visera le même accomplissement 17 ans plus tard dans la même province, mais dans une ville différente. Le match pour la médaille d'or se déroulera à Calgary, le 5 janvier prochain.

À Calgary, Gallagher pourrait retrouver deux autres espoirs du Tricolore, le défenseur Nathan Beaulieu, un choix de 1er tour en 2011 et l'ailier Michael Bournival. L'ailier des Cataractes de Shawinigan est cependant ralenti par une blessure à une épaule et il devrait s'absenter pour encore deux semaines.


Vidéos

Photos