Jonathan Bernier
Journal de Montréal

Diaz poursuit son apprentissage

Sénateurs c. Canadien - Diaz poursuit son apprentissage

Raphaël Diaz a vite constaté la différence entre le hockey européen et le hockey nord-américain.© Agence QMI


Jonathan Bernier

Lentement, mais sûrement Raphaël Diaz s’habitue au hockey nord-américain. Hésitant lors de sa première sortie avec le Canadien, le défenseur suisse a fait preuve d’une plus grande assurance, lors de la victoire de 4 à 3 du Tricolore, vendredi à Ottawa.

« Je travaille fort pour m’acclimater à ce nouvel environnement. À chaque entraînement et à chacune de mes présences sur la glace, je donne tout ce que j’ai », a assuré l’athlète de 25 ans.

Comme tous les joueurs du Vieux Continent qui ont été élevés dans le hockey européen, la nécessité de prendre des décisions rapides une fois en possession de la rondelle constitue l’ajustement le plus difficile à faire. Même devant le jeu robuste.

Une réalité qui, d’ailleurs, a été flagrante à son premier match, mardi.

« Ici, c’est pression, pression, pression. En Europe, les glaces sont plus grandes, tu peux te per mettre d’être plus patient », a lancé Diaz, qui a pris part à deux des quatre premiers matchs préparatoires de l’équipe.

Étrangement, le défenseur assure que c’est tout le contraire lorsque vient le temps d’évoluer sur les unités spéciales.

« À l’inverse, j’ai constaté qu’en supériorité numérique, le temps de réaction est plus grand que chez moi. Lancer le disque en direction du filet, à travers la circulation, est cependant nouveau pour moi. C’est une autre chose sur laquelle j’essaie de travailler », a expliqué celui qui a obtenu 39 points en 45 matchs dans la Ligue nationale A de Suisse, l’an dernier.

Au-delà de ses attentes

D’ailleurs, Diaz, qui a évolué pendant huit saisons pour l’équipe de Zoug, avait Glen Metropolit comme coéquipier au cours de cette saison fructueuse.

Également ami de Mark Streit, il possédait donc les contacts nécessaires pour être mis au parfum de ce qui l’attendait à Montréal.

Cela ne l’a pas empêché d’avoir les yeux grands lorsqu’il a sauté sur la glace du Centre Bell, mardi, lors de la visite des Stars.

« On m’avait prévenu de l’atmosphère qui régnait dans cet édifice. Malgré tout, j’ai été très impressionné par l’ambiance créée par la foule, lors de mon premier match. C’était bien au-delà de ce à quoi je m’attendais », a indiqué celui qui a été considéré comme le meilleur défenseur de son circuit la saison dernière.

« On m’a également beaucoup vanté la classe dont fait preuve cette organisation. On m’a parlé de la façon dont elle traite ses joueurs, de ses installations, du centre d’entraînement. Tout ce que l’on m’a raconté se confirme. Et même plus », a mentionné celui qui, selon certaines sources, intéressait également les Ducks d’Anaheim et les Blackhawks de Chicago.

Lentement mais sûrement, Diaz s’habitue au hockey nord-américain. Y parviendra-t-il assez rapidement pour convaincre Jacques Martin de le garder à Montréal ? Ça reste à voir.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos